Rouleur de Vinales

Rouleur de Vinales





J’ai des membres de ma famille qui se sont rendus à Cuba et m’ont ramené de belles photos que je partagerai avec vous, mais aussi quelques cigares roulés devant eux.










Je dois dire que ceux-ci ont un peu souffert, pas par le transport mais parce que notre emploi du temps a fait que je n’ai pas été les chercher de suite.
Mais après un moment, je les ai enfin récupérés.
Je les ai d’abord mis à l’isolement car je me méfie des petites bêbêtes qui pourraient contaminer ma cave. Cela arrive parfois par la filière classique et contrôlée donc il est préférable d’être encore plus méfiant par celle-ci.
Je les ai aussi lentement (ré)humidifiés car ils étaient bien secs : cette opération doit se pratiquer en douceur sinon vous risquez que vos cigares éclatent sur toute la longueur.
Après cela j’en ai enfin gouté deux.




Pour le premier, la dégustation n’a pas été concluante et j’ai pensé aux pièges à touristes, mais le deuxième m’a fait revenir sur mes impressions.
Je lui ai coupé un petit morceau de la tête et à froid j’ai constaté que le tirage était bon et que j’étais dans un tabac sucré et terreux.
L’allumage s’est bien déroulé et la combustion était bonne.
Les premières bouffées sont dans les saveurs de sucre de canne, de pancake au sirop d’érable, terre grasse un soir de pluie.
La cendre est friable et malgré un bon tirage la fumée n’est pas énorme.
Vers le dernier tiers, mon cigare devient plus poivré puis carrément acide, je le dépose donc dans le cendrier.
Je pense que je vais laisser les autres se reposer tranquillement et que je ferai d’autres tests plus tard.

  

Commentaires