Accéder au contenu principal

L’homme, les cigares… Souper du Vendredi 5 mai 2017






Que le tambour résonne, que le cor chante, c’est le grand rassemblement.
Ils sont venus, ils sont tous presque là ces valeureux et pieux amateurs et membres du club.
Il ne manquait que Fred et notre Pierrot national, fils caché d’un politicien serésien. Fred est dans les rues de la capitale à veiller sur le sommeil des braves : Oyez, Oyez braves gens il est 2Oh et tout va bien. Pierre est aussi en mission, mais lui, il a endossé son plus beau short pour aller en pèlerinage ladyboy.
A titre exceptionnel, comme je devais ramener une amie à l’aéroport, nous avons ouvert les travaux de notre assemblée à 20H.




Pour commencer les débats, j’ai opté pour une Barbar, superbe bière au miel, accompagnée d’un CAO Amazon Basin. Certains diront oufti grand cigare pour l’apéro. En connaissant les membres du club et en discutant avec d’autres conseillers cigares, je me suis rendu compte que c’est à l’apéro qu’on prend plus de temps, on est plus cool, plus détendu et puis certains membres ne fument qu’un cigare lors des réunions.
Je voulais aussi marquer le coup avec ce cigare de production limitée qui a reporté un vif succès puisque pratiquement tous les membres en ont repris pour leur cave perso.
On ne peut pas dire que l’apéro a été un moment de solitude ou de méditation car Vincent était chaud comme une baraque à frites et voulait nous raconter ses aventures en Thaïlande, Angelo apportant parfois quelques corrections à son récit ou des compléments d’informations.




Le moment de passer à table est arrivé : taboulé de la mémé, recette que j’ai reçu d’une Mémé libanaise catho. La base est traditionnelle mais on y rajoute des lardons. Comme nos soirées sont horriblement chères (35 euros), j’ai rajouté deux merguez par personne avec, comme le veut la tradition, des saucisses végétales pour notre herbivore de service.

Nous finissions le repas, quand Cédric reçut un appel vidéo urgent, c’était notre ami exilé qui nous signalait qu’il était bourré comme un porte-avions, que les femmes thaïes étaient chaudes, que la bouffe était bonne et que la bière coulait à flot. Malgré ce lot de choses, il se souvenait que nous étions en collège et nous remettait ses amitiés.




Nous sommes passés au deuxième cigare, un Camacho EcuadorGordo, mais au moment où j’allais l’allumer, Vincent nous prévenait qu’il devait partir car il avait une autre soirée en ville. C’est à ce moment qu’Angelo Córdula lui a donné des conseils vestimentaires, et il s’est très vite transformé en Angelo Jeanmotte pour une séance relooking. Ce qui a fait rire l’assemblée y compris Vincent qui avait réponse à tout et qui avait très bien compris que son ami de longue date le charriait. Et oui l’Homme, les cigares… c’est avant tout une bande de copains et on adore se lâcher des vannes et déconner.

Après le départ de Vince, nous avons continué à parler cigare et autres festivités…
On en a même oublié le dessert, un tiramisu qui est reparti avec certains invités.

Puis l’heure des braves a sonné et mes valeureux amis sont repartis dans leur demeure avec des souvenirs, des découvertes et des idées plein la tête.

Commentaires

Posts les plus consultés de ce blog

Le Bouton d’Or

Le Bouton d’Or C’est chez Christophe P. (JPP Cigares) que j’ai rencontré ce grand barbu pour la première fois, de suite il m’a fait penser au film Le Dernier Trappeur, cet homme des bois dans le bon sens du terme, proche de la nature et dans le respect de celle-ci. C’est ainsi que j’ai appris que cet amateur de cigares et de whiskys était le propriétaire du restaurant Le Bouton d’Or. J’ai donc décidé de lui rendre une petite visite avec quelques amis. Nous y avons fait la connaissance de Florence, l’épouse et partenaire de Roch. Dans le restaurant c’est simple, Roch en cuisine et Florence en salle. Celui-ci est pourvu d’un assez grand parking, ce qui est intéressant vu le trafic et le peu de place sur la chaussée. Dans le restaurant c’est simple, Roch en cuisine et Florence en salle. Celui-ci est pourvu d’un assez grand parking, ce qui est intéressant vu le trafic et le peu de place sur la chaussée. La salle est cosy, avec son mélange de

Cigares linéaires ou pas ?

Cigares linéaires ou pas ? Trois tiers contre le reste du monde Depuis un certain temps je vois une guéguerre sur les réseaux sociaux (principalement Facebook) ou même sur certains blogs. La phrase que je retrouve régulièrement est ce cigare est trop linéaire. Cela m’a fait penser à un échange avec Henke Kelner (Master Blender pour la Maison Davidoff), il disait ceci : le monde change, les hommes changent, il n’y a pas de raison que le fumeur ne change pas. Cela pour expliquer pourquoi il faisait des cigares de plus en plus linéaires. Mais que pensent les autres personnes travaillant dans le monde du cigare ? J’ai commencé par demander à Marc De Coen (Cubacigar Benelux) : Je pense que c’est une volonté de Habanos, la marque de fabrique de Cuba. Tu sais c’est Cubataba qui achète le tabac, qui l’apporte à la fabrique et qui dit si tel ou tel cigare va être confectionné et donc je pense qu’ils veulent vraiment garder ce qui fait leur réputation depuis des années c

Barbãr Rouge

Barbãr Rouge Brasserie Lefevbre Si vous suivez le blog, vous connaissez déjà la blonde et l’amour que je lui porte. Et bien ce soir, je teste pour vous la Barbãr Rouge. Qui dit bière aux fruits, dit obligatoirement l’avis de ma fille. Ce n’est pas du tout du machisme ; non je ne pense pas que c’est une bière de femme, mais je reste persuadé que pour ce genre de bière, un avis féminin est important. Je ne ferai pas de grands discours sur l’étiquetage car bien qu’il soit rouge, il est fort semblable à celui de la Barbãr blonde. Une grosse différence attire quand même mon attention : si sur la blonde l’étiquette met en avant le fait que c’est une bière forte et au miel, ici le forte à disparu et au miel est remplacé par aromatisée au miel. Cela demande quelques explications et c'est Cécile F. (Responsable Marketing & Communication de la brasserie) qui va me les donner, il s'agit en fait d'un problème de législation :  Sur l'étiquette, il est indiqu

Praline au tabac Macanudo Inspirado Black

C’est lors d’une soirée ChezDan que j’ai eu l’occasion de découvrir cette praline très particulière, réalisée par Frédéric Doumont. Cet ancien chimiste reconverti en chocolatier a appris que Julien faisait une dégustation de rhum et cigares, cela lui a donné l’idée de développer une praline spéciale pour l’évènement. Il m’explique que c’est un vrai travail d’alchimiste qui a demandé plusieurs tests. Au début, il a travaillé avec le tabac du macanudo inspirado black gordito et le chocolat noir, mais le résultat n’était pas satisfaisant car le tabac se faisait sentir trop bas dans la gorge, cela était désagréable et pouvait même faire tousser. Fréderic a donc modifié son chocolat pour le remplacer par un chocolat au lait. Il a commencé par fumer sa crème puis a utilisé de l’infusion de feuilles de tabacs pour l’incorporer dans sa praline. Il me conseille de mettre tout en bouche, de prime abord la praline goûte simplement le bon chocolat mais quand il commen

Furia

Un nom qui a déjà fait couler beaucoup d’encre sur les réseaux sociaux, ce qui me fait penser aux 3 passoires de Socrate, mais le but de cet article n’est pas de polémiquer mais de vous faire découvrir cette marque. Cette gamme de 3 cigares est une nouvelle marque de Didier Houvenaghel (dh Boutique Cigars), déjà bien présent dans le monde du cigare avec des marques comme La Ley, La Preferida ou Nicarao, en collaboration avec Abdel Fernandez. Didier est aussi un fan de mythologie, comme on peut s’en rendre compte avec l’habillage de la boite de La Ley ou le choix du nom Nicarao. Il ne va pas déroger à la règle pour cette gamme. Furia, Déesses sombres à deux visages de la mythologie grecque, sont aussi connues sous le nom des Bienveillantes. Elles sont chargées d'exécuter la sentence des juges. Elles poursuivent les coupables avec acharnement et ne laissent aux criminels aucun repos, elles les tourmentent sans relâche.   Mais sont aussi protectrices