Accéder au contenu principal

La Tête d’Or, une civette dans le cœur historique de Bruxelles



C’est lors d’une soirée de dégustation de whisky Arran et d’un cigare Bolivar que j’ai fait la connaissance de Philippe Bornauw, le patron de la civette La Tête d’Or à Bruxelles.




Philippe est je dirais le beau gosse dans le milieu du cigare, toujours très classe, courtois et polis, mais sous ses côtés BCBG de la noblesse bruxelloise se cache un homme qui est jovial, taquin et certain(es) lui reprochent même d’avoir une certaine image négative de la femme fumeuse de cigares à travers le tas de photos qu’il publie sur sa page Facebook. Perso je n’en rate aucune et je les trouve très agréable, et je sais que c’est un genre qu’il se donne car au fond de lui, il a un grand respect pour la Femme. Evidemment je n’ai aucune vision biaisée de la femme fumeuse de cigare...bien au contraire !

Au-delà de cela, Phil est un grand amateur de bonnes choses comme le cigare, le whisky, le rhum…
En nous séparant, je lui ai promis de passer dans sa civette et il m’a fallu 3 ans pour tenir cette parole, il faut dire que les histoires de piétonniers bruxellois m’ont un peu refroidi.

En mai 2017, c’est fait je suis dans le cœur de Bruxelles plus précisément entre la Grand- Place et Manneken Pis et c’est là que se trouve, nichée dans une maison classée du 16ème siècle, La Tête d’Or.
Je pousse la porte de cette civette, je me retrouve dans un endroit cosy à l’ancienne qui me fait un peu penser aux officines d’apothicaire de ma jeunesse. Il faut dire que le cadre doit rester en accord avec lieux (centre historique, maison classée).




Au fond du magasin et face à la porte, un comptoir derrière lequel se trouve Philippe ainsi qu’un tas incroyable de bonnes bouteilles qui sont exposées et mises en évidence.
Sur ma droite, l’humidor et sa panoplie de bons cigares de différents terroirs. Celui-ci est accessible par une porte verrouillée ; on n’entre pas dans le cœur de la civette sans l’aval de son propriétaire, ce qui est tout à fait normal.
Si mes paroles vous donnent l’impression d’abondance et bien c’est le cas ! La Tête d’Or est une caverne d’Ali Baba, et tout cet assortiment trouve place dans un système de rangement bien élaboré et bien structuré. D’ailleurs cela a valu au magasin d’être le premier à obtenir 5 étoiles dans le guide Morane, sorte de guide Michelin du cigare.

Inutile de vous dire que nous (je suis avec une amie) sommes bien accueillis et que la discussion se fait dans la bonne humeur.    
Ce qui m’épate, c’est la connaissance incroyable qu’il a de sa clientèle, la porte du magasin n’est pas encore ouverte qu’il a déjà sorti tel ou tel paquet de tabac ou ouvert la porte sécurisée de l’humidor.

Je profite de l’ouverture pour faire un tour dans l’antre des cigares : il y a la collection complète des cigares cubains disponibles sur le marché belge grâce à Cubacigar Benelux (importateur officiel de Habanos SA), mais aussi un large choix de cigares du Nicaragua, de Rép. dominicaine…

Mon amie prendra 2 Ramon Allones Ed. Régional 2015 et moi je ne peux m’empêcher de prendre un La Ley Canonazo.

Philippe se plie très gentiment aux questions-réponses.  Cela devient une habitude lors de mon passage dans les civettes que je visite.

      1.    Depuis quand votre maison est-elle ouverte, et pouvez-vous en faire un bref historique ?
Le magasin a ouvert ses portes en 1947, c’est un des plus vieux magasins du centre historique bruxellois, il y a eu 4 propriétaires depuis son ouverture. A mon arrivée, mon prédécesseur Basile tenait la boutique depuis 23 ans.  J’ai appris beaucoup avec lui, je suis associé actif à la Tête d’Or S.P.R.L. depuis avril 2010, et c’est en juin 2013 que j’ai repris totalement.

 2.    Avez-vous des projets au niveau agrandissement, aménagement… ?
Je dirais plutôt des projets d’évolution. Basile était surtout orienté vers les cigares cubains puisque la civette est Habanos Specialist… Moi j’y ai amené les cigares d’autres contrées comme le Nicaragua, la République dominicaine…
Quand je lui demande si c’est une volonté de sa part de ne pas avoir de Davidoff, il me répond : il y a déjà deux grands Davidoff dans les environs, je ne vois pas l’utilité d’en rajouter un 3ème

     3.    Lorsqu’on a une PME, on souhaite souvent que l’entreprise continue une fois retraité ; avez-vous déjà pensé à la continuité de la vôtre ?
Je suis encore jeune donc comme je disais je préfère m’orienter vers une évolution que de penser déjà à une transmission.

    4.    Quel "plus" apportez-vous à votre clientèle ? Pourquoi un amateur de cigares irait-il dans votre civette plutôt que dans une autre ?
Je suis un amoureux de mon métier, un passionné de cigares et de ce que je fais, le magasin est bien situé pour avoir des clients étrangers qui viennent visiter Bruxelles, et j’arrive à en fidéliser quelques-uns comme des Allemands, des Français… qui profitent du samedi pour refaire une virée dans la capitale de l’Europe et venir faire le pleins de cigares. Comme tu as pu le voir, je travaille aussi avec des habitués qui sont souvent assez pressés donc je fais de mon mieux pour les servir rapidement et correctement.




(NDA pour la rédaction de cet article, je fume un superbe Pitbull Mahestro, qui est en vente exclusive à la Tête d’Or, rien que cela mérite le déplacement.)


Nous quittons la civette avec un sentiment de bonheur, chaque région a son monument, son Monsieur cigares, Basile Douvalis en était (ou est, car toujours actif dans le monde du cigare, même s’il n’est plus dans la civette) un, je pense sincèrement que Philippe va marcher très vite sur ses traces et que La Tête d’Or a encore de belles années devant elle.
Alors si vous passez par Bruxelles, et que vous visitez la Grand Place ou que vous voulez fumer un cigare à la terrasse d’un de ses cafés (je vous recommande le Roi d’Espagne ou le cercueil qui est plus fun) je vous invite sincèrement à aller rendre visite à Philippe, sa civette se trouve à 64m.

La Tête d’Or
Rue de la Tête d'Or 13, 1000 Bruxelles
Ouvert du Lundi au Samedi de 10 H à 18 H 30


concours : quel est le prénom de l'ancien propriétaire 

Commentaires

Posts les plus consultés de ce blog

Le Bouton d’Or

Le Bouton d’Or C’est chez Christophe P. (JPP Cigares) que j’ai rencontré ce grand barbu pour la première fois, de suite il m’a fait penser au film Le Dernier Trappeur, cet homme des bois dans le bon sens du terme, proche de la nature et dans le respect de celle-ci. C’est ainsi que j’ai appris que cet amateur de cigares et de whiskys était le propriétaire du restaurant Le Bouton d’Or. J’ai donc décidé de lui rendre une petite visite avec quelques amis. Nous y avons fait la connaissance de Florence, l’épouse et partenaire de Roch. Dans le restaurant c’est simple, Roch en cuisine et Florence en salle. Celui-ci est pourvu d’un assez grand parking, ce qui est intéressant vu le trafic et le peu de place sur la chaussée. Dans le restaurant c’est simple, Roch en cuisine et Florence en salle. Celui-ci est pourvu d’un assez grand parking, ce qui est intéressant vu le trafic et le peu de place sur la chaussée. La salle est cosy, avec son mélange de

Cigares linéaires ou pas ?

Cigares linéaires ou pas ? Trois tiers contre le reste du monde Depuis un certain temps je vois une guéguerre sur les réseaux sociaux (principalement Facebook) ou même sur certains blogs. La phrase que je retrouve régulièrement est ce cigare est trop linéaire. Cela m’a fait penser à un échange avec Henke Kelner (Master Blender pour la Maison Davidoff), il disait ceci : le monde change, les hommes changent, il n’y a pas de raison que le fumeur ne change pas. Cela pour expliquer pourquoi il faisait des cigares de plus en plus linéaires. Mais que pensent les autres personnes travaillant dans le monde du cigare ? J’ai commencé par demander à Marc De Coen (Cubacigar Benelux) : Je pense que c’est une volonté de Habanos, la marque de fabrique de Cuba. Tu sais c’est Cubataba qui achète le tabac, qui l’apporte à la fabrique et qui dit si tel ou tel cigare va être confectionné et donc je pense qu’ils veulent vraiment garder ce qui fait leur réputation depuis des années c

Barbãr Rouge

Barbãr Rouge Brasserie Lefevbre Si vous suivez le blog, vous connaissez déjà la blonde et l’amour que je lui porte. Et bien ce soir, je teste pour vous la Barbãr Rouge. Qui dit bière aux fruits, dit obligatoirement l’avis de ma fille. Ce n’est pas du tout du machisme ; non je ne pense pas que c’est une bière de femme, mais je reste persuadé que pour ce genre de bière, un avis féminin est important. Je ne ferai pas de grands discours sur l’étiquetage car bien qu’il soit rouge, il est fort semblable à celui de la Barbãr blonde. Une grosse différence attire quand même mon attention : si sur la blonde l’étiquette met en avant le fait que c’est une bière forte et au miel, ici le forte à disparu et au miel est remplacé par aromatisée au miel. Cela demande quelques explications et c'est Cécile F. (Responsable Marketing & Communication de la brasserie) qui va me les donner, il s'agit en fait d'un problème de législation :  Sur l'étiquette, il est indiqu

Praline au tabac Macanudo Inspirado Black

C’est lors d’une soirée ChezDan que j’ai eu l’occasion de découvrir cette praline très particulière, réalisée par Frédéric Doumont. Cet ancien chimiste reconverti en chocolatier a appris que Julien faisait une dégustation de rhum et cigares, cela lui a donné l’idée de développer une praline spéciale pour l’évènement. Il m’explique que c’est un vrai travail d’alchimiste qui a demandé plusieurs tests. Au début, il a travaillé avec le tabac du macanudo inspirado black gordito et le chocolat noir, mais le résultat n’était pas satisfaisant car le tabac se faisait sentir trop bas dans la gorge, cela était désagréable et pouvait même faire tousser. Fréderic a donc modifié son chocolat pour le remplacer par un chocolat au lait. Il a commencé par fumer sa crème puis a utilisé de l’infusion de feuilles de tabacs pour l’incorporer dans sa praline. Il me conseille de mettre tout en bouche, de prime abord la praline goûte simplement le bon chocolat mais quand il commen

Furia

Un nom qui a déjà fait couler beaucoup d’encre sur les réseaux sociaux, ce qui me fait penser aux 3 passoires de Socrate, mais le but de cet article n’est pas de polémiquer mais de vous faire découvrir cette marque. Cette gamme de 3 cigares est une nouvelle marque de Didier Houvenaghel (dh Boutique Cigars), déjà bien présent dans le monde du cigare avec des marques comme La Ley, La Preferida ou Nicarao, en collaboration avec Abdel Fernandez. Didier est aussi un fan de mythologie, comme on peut s’en rendre compte avec l’habillage de la boite de La Ley ou le choix du nom Nicarao. Il ne va pas déroger à la règle pour cette gamme. Furia, Déesses sombres à deux visages de la mythologie grecque, sont aussi connues sous le nom des Bienveillantes. Elles sont chargées d'exécuter la sentence des juges. Elles poursuivent les coupables avec acharnement et ne laissent aux criminels aucun repos, elles les tourmentent sans relâche.   Mais sont aussi protectrices