IZAMBAR Sovereign



Le facteur m’a apporté un colis avec dedans deux cigares de cette gamme, ceux-ci étaient accompagnés d’un petit mot très sympathique et j’en remercie Edmond D.
Il s’agit de la deuxième production de la marque Izambar, la première étant le Kingdom.


photo du blog de  Damien Martin 


Edmond a même poussé le luxe jusqu’à glisser les cigares dans un étui de manière à ce que la protection soit totale et que les conditions de dégustation soient optimales.




J’ai un cigare à la cape aussi sombre que son grand frère puisqu’elles sont identiques au niveau de leur provenance, de couleur maduro avec un aspect huileux. Elle a une belle construction. Elle est dotée d’une bague identique au premier module à l’exception du nom bien sûr, mais aussi de sa couleur, ici ils ont opté pour une couleur noire.
Je coupe un morceau de la coiffe et à cru je sens des saveurs poivrées et de l’humus. J’ai aussi une bonne appréciation sur le tirage de ce cigare. Donc go, embrasons-lui le pied. La fumée est assez épaisse, et je suis toujours dans la fougère, le humus et ce côté gazon fraichement coupé (heureusement je ne suis pas allergique à celui-là). A cela s’ajoute le paprika doux et le poivre blanc.

Je continue mon exploration gustative pour arriver dans une zone plus douce et grillée : café moka, pain qui sort du four, cannelle, muscade et ce côté crème pâtissière.
La puissance augmente aussi légèrement mais on la sent retenue comme si le Master Blender lui avait mis une bride pour empêcher qu’elle ne décolle, elle est là bien présente mais reste maitrisée, équilibrée.
Je suis aux anges, moi qui aime le terroir du Nicaragua, je suis servi.

Ma dégustation ne va pas en rester là puisqu’elle m’emporte vers le marché aux épices d’HAD DRAA sans que je ne m’en rende compte, je me revois le dimanche matin au milieu de ce marché berbère avec toutes les senteurs naturelles du Maroc.

Mais toutes les belles histoires ont une fin et c’est donc avec une certaine tristesse que je dois déposer mon mégot, je pense qu’une version Toro m’aurait été plus appropriée. Oui, mes chers lecteurs, je suis un gourmand des bonnes choses de la vie.

Je suis avec un cigare qui fait 12.7 cm pour un cepo de 56.  Ce qui le différencie du Kingdom c’est que la tripe provient de la région d’Omotepe, ile du Nicaragua connue pour ses terres volcaniques.

Cape : Equateur
Sous-cape : Nicaragua (Japala)
Tripes : Nicaragua (Japala/Omotepe)

En conclusion : un bon moment de passé avec ce cigare, dans la tradition du terroir du Nicaragua, son prix au moment de la rédaction de l’article est de 13 euros. Evidement toujours la même frustration qu’avec le Kingdom, on ne le trouve pas en Belgique.


Sinon j’en aurais repris volontiers pour mettre en cave.




Commentaires

Publier un commentaire