Accéder au contenu principal

L’Homme, les cigares… Souper du samedi 25 mars 2017





Le Q.G. de printemps est en ébullition depuis tôt ce matin, la sauce mijote, les fruits de mer dégorgent, la bière est au frais et les cigares sont prêts pour la grande réunion du club.

L’invitation a été portée aux 4 vents et c’est 9 fameux gaillards qui ont répondu à celle-ci.

Petit à petit, les seigneurs des 7 royaumes arrivent et prennent place autour de la table hexagonale, même Travis Bickle, qui aux dires de Pierrot le sérésien, a de plus en plus de difficultés pour sortir son taxi, est présent et trône en bout de table.




Une fois installés, nous prenons l’apéro qui sera pour ce soir une Omer Triple accompagnée d’un Cusano Nicaragua Robusto, un petit cigare qui convient à l’assemblée.

Notre ami Fréderic aux yeux rouges a apporté pour l’occasion du vin qu’il affectionne particulièrement. Il n’a pas hésité le bougre : il y a du rouge, du blanc et du rosé. En moins de temps qu’il le faut pour dégazer un cigare, Pierrot a débouché le nectar des Dieux et rempli les verres.
Et sous mes yeux effarés, nous voyons Cédric le taciturne, qui se sert une bonne rasade de vin blanc sucré, lui qui n’aime pas le vin, celui-là lui a tapé dans l’œil. A tel point qu’il a décrété rapidement : ceci est ma bouteille.

Il est temps de se ravitailler. Pour la circonstance, j’ai fait des pâtes bolognaises avec toujours un plat spécial pour notre Angelo le belge, qui ne mange plus de viande par convictions astrales ; pour lui cela sera pâtes aux fruits de mer, lait de coco et curry.
Le temps de finir sa cuisson et je reviens dans la salle des banquets pour y découvrir que ma marmite de sauce a eu un très grand succès.
Le repas se déroule entre les conversations, les échanges, les blagues… bref une belle bande de copains heureux de se retrouver autour de notre thème fétiche les cigares.





Il est déjà venu le temps du second cigare, comme nous fêtons notre 1er anniversaire, notre conseiller cigares avait prévu un Arturo Fuente Hemingway Signature.  Comme à l’accoutumée, certains le fument, d’autres le rangent et prennent une vitole de leur réserve personnelle.




C’est à ce moment que notre ami Fred (il s’est pris pour le Père Noël) ouvre sa boîte de transport, et sort un Epicure N°2 qu’il offre à l’assemblée.

Un léger silence s’est instauré car plusieurs sont pris par le match des diables rouges, celui-ci est de courte durée vu la bonne prestation de nos joueurs nationaux.
Après cet intermède footballistique, les seigneurs des 7 royaumes commencent à se retirer, c’est sans compter sur les irréductibles qui restent ancrés sur leur chaise.
La bienveillance m’interdit de les nommer, mais comme je suis d’humeur taquine je vous signale juste les initiales de leur prénom P, C et F bien évidement accompagnés par le maître des lieux (votre serviteur).
En fin de soirée, le whisky remplace le vin et puis il est vraiment temps de se retirer avec le serment sacré de se retrouver.




Vous avez compris que nos soirées sont festives et amicales.  Si vous voulez venir nous voir un soir, vous pouvez toujours me contacter.
D'autres photos sur le groupe FaceBook 

Commentaires

Posts les plus consultés de ce blog

Le Bouton d’Or

Le Bouton d’Or C’est chez Christophe P. (JPP Cigares) que j’ai rencontré ce grand barbu pour la première fois, de suite il m’a fait penser au film Le Dernier Trappeur, cet homme des bois dans le bon sens du terme, proche de la nature et dans le respect de celle-ci. C’est ainsi que j’ai appris que cet amateur de cigares et de whiskys était le propriétaire du restaurant Le Bouton d’Or. J’ai donc décidé de lui rendre une petite visite avec quelques amis. Nous y avons fait la connaissance de Florence, l’épouse et partenaire de Roch. Dans le restaurant c’est simple, Roch en cuisine et Florence en salle. Celui-ci est pourvu d’un assez grand parking, ce qui est intéressant vu le trafic et le peu de place sur la chaussée. Dans le restaurant c’est simple, Roch en cuisine et Florence en salle. Celui-ci est pourvu d’un assez grand parking, ce qui est intéressant vu le trafic et le peu de place sur la chaussée. La salle est cosy, avec son mélange de

Cigares linéaires ou pas ?

Cigares linéaires ou pas ? Trois tiers contre le reste du monde Depuis un certain temps je vois une guéguerre sur les réseaux sociaux (principalement Facebook) ou même sur certains blogs. La phrase que je retrouve régulièrement est ce cigare est trop linéaire. Cela m’a fait penser à un échange avec Henke Kelner (Master Blender pour la Maison Davidoff), il disait ceci : le monde change, les hommes changent, il n’y a pas de raison que le fumeur ne change pas. Cela pour expliquer pourquoi il faisait des cigares de plus en plus linéaires. Mais que pensent les autres personnes travaillant dans le monde du cigare ? J’ai commencé par demander à Marc De Coen (Cubacigar Benelux) : Je pense que c’est une volonté de Habanos, la marque de fabrique de Cuba. Tu sais c’est Cubataba qui achète le tabac, qui l’apporte à la fabrique et qui dit si tel ou tel cigare va être confectionné et donc je pense qu’ils veulent vraiment garder ce qui fait leur réputation depuis des années c

Barbãr Rouge

Barbãr Rouge Brasserie Lefevbre Si vous suivez le blog, vous connaissez déjà la blonde et l’amour que je lui porte. Et bien ce soir, je teste pour vous la Barbãr Rouge. Qui dit bière aux fruits, dit obligatoirement l’avis de ma fille. Ce n’est pas du tout du machisme ; non je ne pense pas que c’est une bière de femme, mais je reste persuadé que pour ce genre de bière, un avis féminin est important. Je ne ferai pas de grands discours sur l’étiquetage car bien qu’il soit rouge, il est fort semblable à celui de la Barbãr blonde. Une grosse différence attire quand même mon attention : si sur la blonde l’étiquette met en avant le fait que c’est une bière forte et au miel, ici le forte à disparu et au miel est remplacé par aromatisée au miel. Cela demande quelques explications et c'est Cécile F. (Responsable Marketing & Communication de la brasserie) qui va me les donner, il s'agit en fait d'un problème de législation :  Sur l'étiquette, il est indiqu

Praline au tabac Macanudo Inspirado Black

C’est lors d’une soirée ChezDan que j’ai eu l’occasion de découvrir cette praline très particulière, réalisée par Frédéric Doumont. Cet ancien chimiste reconverti en chocolatier a appris que Julien faisait une dégustation de rhum et cigares, cela lui a donné l’idée de développer une praline spéciale pour l’évènement. Il m’explique que c’est un vrai travail d’alchimiste qui a demandé plusieurs tests. Au début, il a travaillé avec le tabac du macanudo inspirado black gordito et le chocolat noir, mais le résultat n’était pas satisfaisant car le tabac se faisait sentir trop bas dans la gorge, cela était désagréable et pouvait même faire tousser. Fréderic a donc modifié son chocolat pour le remplacer par un chocolat au lait. Il a commencé par fumer sa crème puis a utilisé de l’infusion de feuilles de tabacs pour l’incorporer dans sa praline. Il me conseille de mettre tout en bouche, de prime abord la praline goûte simplement le bon chocolat mais quand il commen

Furia

Un nom qui a déjà fait couler beaucoup d’encre sur les réseaux sociaux, ce qui me fait penser aux 3 passoires de Socrate, mais le but de cet article n’est pas de polémiquer mais de vous faire découvrir cette marque. Cette gamme de 3 cigares est une nouvelle marque de Didier Houvenaghel (dh Boutique Cigars), déjà bien présent dans le monde du cigare avec des marques comme La Ley, La Preferida ou Nicarao, en collaboration avec Abdel Fernandez. Didier est aussi un fan de mythologie, comme on peut s’en rendre compte avec l’habillage de la boite de La Ley ou le choix du nom Nicarao. Il ne va pas déroger à la règle pour cette gamme. Furia, Déesses sombres à deux visages de la mythologie grecque, sont aussi connues sous le nom des Bienveillantes. Elles sont chargées d'exécuter la sentence des juges. Elles poursuivent les coupables avec acharnement et ne laissent aux criminels aucun repos, elles les tourmentent sans relâche.   Mais sont aussi protectrices