La Preferida Petit Robusto



Ce cigare est une toute nouvelle gamme qui sera bientôt distribuée chez nous, une nouvelle association entre A.J. Fernández et Didier Houvenaghel pour nous donner un cigare composé de feuilles vieillies entre 3 ½ et 6 ½ ans.
Il faudra encore patienter un peu car ceux qui connaissent Didier savent que le vieillissement des cigares avant distribution a une grande importance pour lui.




J’ai dans les mains un cigare avec une cape sombre et assez souple, elle est décorée d’une bague assez simple mais recherchée.




Celle-ci est de couleur bleu et blanc, on retrouve dans un cercle une tête de femme élégante et en noir sur un fond doré, le nom du cigare.
Ce cigare a été pleinement calculé pour honorer la beauté de la Terre Mere et plus principalement son représentant humain : la Femme.
Le bleu et le blanc pour la douceur, la pureté et le sacré, mais aussi la sublimation des désirs.
La Femme élégante, qui nous donne un aspect de sensualité, a une coiffure de fête ou de cérémonie avec son chignon complexe, et elle a les épaules découvertes ce qui me fait penser aux femmes de Nassau dans la série Black Sails, qui portaient de belles toilettes à l’époque.

Fameux défi pour Didier de combiner douceur raffinement avec puissance du terroir Nicaragua.

Je commence donc ma dégustation et je ne sais pas pourquoi mais c’est tout en douceur que j’apporte l’allumette au pied de mon cigare.
L’allumage est parfait, la combustion est bonne.
Je tire quelques bouffées et je suis pris par le poivre rouge, celui qui est puissant, mais qui a de la rondeur.
La fumée ample se déplace dans la pièce comme dans un ballet majestueux. Je ralentis la cadence car le poivre rouge est très présent, ce n’est pas piquant ni désagréable, on sent juste longuement le retour de puissance et celui-ci tapisse mes joues.

Je sens que le décollage est proche, avant de partir je fais vite deux tests, celui de l’équilibre qui s’avère parfait et celui de la cendre qui comme je le prévoyais avec sa couleur blanche zébrée de gris clair est très compacte.
Encore une bouffée, la puissance diminue, le poivre vient se placer en arrière-plan et libère la place pour du chêne, du café crème et de la fougère.

Il n’en faut pas plus pour que mon esprit s’évade et que je voyage vers la forêt de St Hubert avec ses différentes saveurs boisées et ses parterres de fougères dans lesquelles j’ai déjà surpris un sanglier.

J’ai eu la puissance, la rondeur, la douceur, le moelleux et la sucrerie si cela ce n’est pas une ode à la féminité.

Je pense que le pari de Didier est réussi avec cette vitole.

Cape : Equateur (Habano Colorado)
Sous-cape : Mexique
Tripe : Nicaragua

J’ai un cigare petit robusto de 10.16 cm pour un cepo de 52

En conclusion : je pense que ce cigare va dépasser le La Ley dans mon top 3 et je me réjouis qu’il soit disponible pour le partager avec mes amis.
Un cigare qui se veut Beau, Elégant et avec du Caractère.


      

Commentaires