Accéder au contenu principal

L’Homme, les cigares… Souper du Lundi 31 octobre 2016



Saint Jean d’Acre est tombé sous le déferlement de l’absentéisme, les rescapés ont pris la mer vers de nouvelles contrées.
Une multitude de futurs piliers de notre club ont pris place à bord de ce navire : Saint Patrick (venu d’Irlande), Saint Pierre (venu directement de Rome), Saint Cédric (d’Angleterre), Saint Victor (de Marseille) et ses deux fidèles compagnons de voyage les Saints Michèle-Angelo (de la chapelle Sixtine).
Patrick, qui a appris la pêche pendant sa captivité avec les pirates, se dit qu’il faudra remplir ces ventres affamés et profite du voyage pour attraper un tas de poissons divers.
Le 31 octobre de l’année 2016, alors que les farfadets, sorcières et elfes de tout genre font la fête autour du feu, nos voyageurs débarquent sur la place de Liège, dans la commune de Rocourt.




Ils s’installent pour une longue soirée dans une taverne du coin : La Tanière de Ker, et prennent le premier cigare. Le Cao Pilon Robusto qui a un certain succès auprès de l’assemblée des sages. 




Nuit d’Halloween oblige, il partage cette dégustation avec une cuvée des Trolls. C’est une bière blonde tirée à 7 ° qui est assez rafraîchissante.
Pendant la dégustation, Saint Patrick s’éclipse en cuisine. Figurez-vous qu’une fois le bateau amarré, il a donné quelques poissons bien frais au Comptoir des Mers, rue des Guillemins à Liège et qu’ils lui ont remis un peu plus tard une soupe de poisson à se taper le cul par terre.
La soupe se réchauffe doucement, les croutons sont prêts ainsi que le fromage râpé.




Nos Saints passent à table et se servent abondamment de cette soupe.
Après celle-ci, nous décidons de passer à la deuxième bière, à savoir la Tongerlo blonde.
Les discussions sont variées et portent sur notre club, sur nos prochaines réunions, mais aussi sur la rigolade et la bonne humeur… Comme nous sommes la nuit d’Halloween, Victor nous fait un remake de Taxi Driver avec un mélange de Raging Bull, ce qui nous fait bien marrer.




Il est temps de remettre le couvert et cette fois, ce sont des Pâtes aux sampis au whisky et à la diable que j’ai préparées. Hé oui pas de viande ce soir, il faut dire qu’Angelo, lors d’une voyage dans un orient lointain, s’est découvert une passion pour les fruits et les légumes et a décidé de bannir la viande. Comme Saint Luc (le bulgare) avait décliné l’invitation au dernier moment, il m’avait conseillé pour accompagner le repas quelques bouteilles de Cabernet Domaine Boyar.





Voici le moment de déguster le deuxième cigare de la soirée. Pour le coup, je laisse le choix entre le Cao Pilon Churchill ou le Cao Osa Sol 54. En fait, je distribue les deux cigares. On est comme cela dans le club, sans chichis, mais avec des cigares.




Mais la soirée n’était pas terminée, en passant chez le poissonnier, j’ai repéré le Roi de la pâtisserie, et j’ai donc prévu pour le dessert les fameux éclairs de chez Eggen-Noels, rue des Guillemins,  c’est simplement une tuerie. D’ailleurs, la confrérie des saints réunie dans le repaire s’est jetée dessus en clamant : on dirait le petit Jésus en culotte de velours.
Avant de nous séparer et de tous jurer que nous nous reverrons, je réserve un dernier cadeau à mes frères amateurs. Je leur explique que dans mes traditions vers le 1er novembre, nous rentons dans la saison sombre et que nous fêtons la nouvelle année et qu’en l’honneur de cette fête, je leur remets à chacun un petit présent.




Une excellente gaufre de Liège ((re)merci Bernard) et un Davidoff Nicaragua Robusto.
Ce qui fait dire à Cédric qu’ils reviendront l’an prochain à la même adresse.
Les différents protagonistes reprennent la route vers leur demeure, mais comme on ne change pas une équipe qui gagne, je finis la soirée avec Pierrot et Cédric.

Vous aurez compris mes amis que nous n’avons rien de saints mais pas facile de faire un article sur une soirée de notre club la nuit du 31 octobre au 1er novembre.

Commentaires

Posts les plus consultés de ce blog

Le Bouton d’Or

Le Bouton d’Or C’est chez Christophe P. (JPP Cigares) que j’ai rencontré ce grand barbu pour la première fois, de suite il m’a fait penser au film Le Dernier Trappeur, cet homme des bois dans le bon sens du terme, proche de la nature et dans le respect de celle-ci. C’est ainsi que j’ai appris que cet amateur de cigares et de whiskys était le propriétaire du restaurant Le Bouton d’Or. J’ai donc décidé de lui rendre une petite visite avec quelques amis. Nous y avons fait la connaissance de Florence, l’épouse et partenaire de Roch. Dans le restaurant c’est simple, Roch en cuisine et Florence en salle. Celui-ci est pourvu d’un assez grand parking, ce qui est intéressant vu le trafic et le peu de place sur la chaussée. Dans le restaurant c’est simple, Roch en cuisine et Florence en salle. Celui-ci est pourvu d’un assez grand parking, ce qui est intéressant vu le trafic et le peu de place sur la chaussée. La salle est cosy, avec son mélange de

Cigares linéaires ou pas ?

Cigares linéaires ou pas ? Trois tiers contre le reste du monde Depuis un certain temps je vois une guéguerre sur les réseaux sociaux (principalement Facebook) ou même sur certains blogs. La phrase que je retrouve régulièrement est ce cigare est trop linéaire. Cela m’a fait penser à un échange avec Henke Kelner (Master Blender pour la Maison Davidoff), il disait ceci : le monde change, les hommes changent, il n’y a pas de raison que le fumeur ne change pas. Cela pour expliquer pourquoi il faisait des cigares de plus en plus linéaires. Mais que pensent les autres personnes travaillant dans le monde du cigare ? J’ai commencé par demander à Marc De Coen (Cubacigar Benelux) : Je pense que c’est une volonté de Habanos, la marque de fabrique de Cuba. Tu sais c’est Cubataba qui achète le tabac, qui l’apporte à la fabrique et qui dit si tel ou tel cigare va être confectionné et donc je pense qu’ils veulent vraiment garder ce qui fait leur réputation depuis des années c

Barbãr Rouge

Barbãr Rouge Brasserie Lefevbre Si vous suivez le blog, vous connaissez déjà la blonde et l’amour que je lui porte. Et bien ce soir, je teste pour vous la Barbãr Rouge. Qui dit bière aux fruits, dit obligatoirement l’avis de ma fille. Ce n’est pas du tout du machisme ; non je ne pense pas que c’est une bière de femme, mais je reste persuadé que pour ce genre de bière, un avis féminin est important. Je ne ferai pas de grands discours sur l’étiquetage car bien qu’il soit rouge, il est fort semblable à celui de la Barbãr blonde. Une grosse différence attire quand même mon attention : si sur la blonde l’étiquette met en avant le fait que c’est une bière forte et au miel, ici le forte à disparu et au miel est remplacé par aromatisée au miel. Cela demande quelques explications et c'est Cécile F. (Responsable Marketing & Communication de la brasserie) qui va me les donner, il s'agit en fait d'un problème de législation :  Sur l'étiquette, il est indiqu

Praline au tabac Macanudo Inspirado Black

C’est lors d’une soirée ChezDan que j’ai eu l’occasion de découvrir cette praline très particulière, réalisée par Frédéric Doumont. Cet ancien chimiste reconverti en chocolatier a appris que Julien faisait une dégustation de rhum et cigares, cela lui a donné l’idée de développer une praline spéciale pour l’évènement. Il m’explique que c’est un vrai travail d’alchimiste qui a demandé plusieurs tests. Au début, il a travaillé avec le tabac du macanudo inspirado black gordito et le chocolat noir, mais le résultat n’était pas satisfaisant car le tabac se faisait sentir trop bas dans la gorge, cela était désagréable et pouvait même faire tousser. Fréderic a donc modifié son chocolat pour le remplacer par un chocolat au lait. Il a commencé par fumer sa crème puis a utilisé de l’infusion de feuilles de tabacs pour l’incorporer dans sa praline. Il me conseille de mettre tout en bouche, de prime abord la praline goûte simplement le bon chocolat mais quand il commen

Furia

Un nom qui a déjà fait couler beaucoup d’encre sur les réseaux sociaux, ce qui me fait penser aux 3 passoires de Socrate, mais le but de cet article n’est pas de polémiquer mais de vous faire découvrir cette marque. Cette gamme de 3 cigares est une nouvelle marque de Didier Houvenaghel (dh Boutique Cigars), déjà bien présent dans le monde du cigare avec des marques comme La Ley, La Preferida ou Nicarao, en collaboration avec Abdel Fernandez. Didier est aussi un fan de mythologie, comme on peut s’en rendre compte avec l’habillage de la boite de La Ley ou le choix du nom Nicarao. Il ne va pas déroger à la règle pour cette gamme. Furia, Déesses sombres à deux visages de la mythologie grecque, sont aussi connues sous le nom des Bienveillantes. Elles sont chargées d'exécuter la sentence des juges. Elles poursuivent les coupables avec acharnement et ne laissent aux criminels aucun repos, elles les tourmentent sans relâche.   Mais sont aussi protectrices