Avo Classic 90 th covers volume 3



Je suis en admiration devant ce cigare fait spécialement pour les 90 ans du créateur de la marque Monsieur Avo Uvezian, la cape est luisante et parfaite. J’ai un cigare de 15,4 cm pour un cepo de 54.

Il se compose de :
Cape: HABANO 2000 (ÉQUATEUR)
Sous-cape : NEGRO SAN ANDRÉS (MEXIQUE)
Tripe : San Vicente Mejorado Visus, Piloto Seco, Hybrid Corojo/Olor Visus (République dominicaine) ceux-ci ont entre 10 et 11 ans d’âge.




Avant ma dégustation, je m’arrête un moment sur la boîte qui est une représentation fidèle du propre tourne-disque d’Avo et de plus, une fois les cigares fumés, celle-ci se transforme en cendrier. Je rêve d’avoir ce bijou dans ma collection de cendrier.






La cape est rehaussée d’une bague classique Avo avec la A et le V entrecroisés qui surplombent le O, celle-ci se trouve au-dessus de deux autres bagues. Il y a une marquée volume 3 puisque le classic cover 2015 était le volume 1, le classic cover 2015 (volume 2) étant vendu uniquement aux States.
Et la dernière entre les deux qui est une bague toute dorée qui reprend classic 90 th cover. Celle-ci a une inscription philosophique, un peu une habitude chez Avo : ce n’est pas l’héritage que vous allez laisser qui compte. C’est celui que vous partagez.




Je coupe délicatement la tête de mon cigare et apporte la flamme au pied, allumage parfait. Le tirage est bon avec une combustion parfaite.
Une belle fumée s’échappe de ma volute et remplit lentement la pièce, je suis aux anges. Je ressens des mélanges de chocolat au lait, de cèdre et de poivre blanc qui vont s’intensifier vers du café arabica, des noix et du poivre noir.
Je me sens transporté par celui-ci, et c’est, captivé par ses arômes, que je décolle.




Je me retrouve au Crosly, cinéma de mon quartier, où le 7 novembre 1980 sortait le film The Blues Brothers. Je décide de revivre ce moment. Je pose mon cigare, enclenche la lecture du film et reprends ma dégustation. Dès les premières notes de musique, je me sens emporté par un mélange de blues, de chocolat noir, de poivre et de douceur. Le tout dans une harmonie qui ne peut procurer que joie et paix.

Ma dégustation se poursuit agréablement alors que les Blues Brothers entame leur célèbre interprétation de Everybody Needs Somebody to Love. Le pire, c’est qu’au moment où je rédige cet article, j’ai envie de retourner dans cette ambiance tellement j’ai été replongé dans une autre vie.



Commentaires