Arturo Fuente Añejo n° 77




Ce soir, je m’attaque à un monument assez rare et qu’on m’a vivement recommandé.
Ce cigare ne vous dit peut-être rien, car vous le connaissez de par son nom commun Shark.




Ce cigare shark est un des seuls au monde qui va de la tête au pied en partant d’une forme parejo arrondie vers une forme pressée presque carrée.
Voilà pourquoi j’ai dans la main un cigare d’une longueur de 14.90 cm pour un cepo de 50 à 64.

La cape sombre et luisante est parsemée de nervures, on sent l’amour qui a été donné à sa fabrication et la minutie du travail. Je marque un temps d’hésitation comme si le couper allait arrêter la magie.

Je me décide enfin et le coupe délicatement d’un geste ferme et précis.
Je craque mon allumette, la porte au pied qui s’embrasse dans un crépitement des feuilles de tabac, mais tout cela se fait en douceur et dans les meilleures conditions.
Je suis parti, je pense pour 90 min de plaisir. La combustion au début est parfaite et le tirage est aisé. Ma vitole dégage un bon panache de fumée qui remplit bien la bouche et me donne des saveurs de chocolat, cèdre et cuir humide.
Il y a aussi une présence de poivre noir qui est assez forte au début, mais qui se stabilise rapidement et entre en parfait équilibre avec le côté sucré et crémeux.




Je suis à ± mi-parcours quand je m’inquiète ; le centre de ma cendre fait une pyramide dure et mon cigare chauffe étrangement.
Je ralentis la cadence et garde mon sang-froid.  Heureusement, le problème est de très courte durée et ma combustion reprend son envol majestueux du Condor.
Je suis sous le charme et heureux d’avoir cédé à son prix qui est un investissement pour moi, mais quel bonheur, quel bien-être.

Une fois de plus, merci les amis Johan, David et Christophe de m’avoir conseillé ce magnifique cigare. 

Commentaires