Accéder au contenu principal

OPEN UP Farm Distillery GROUND CONTROL NATURAL GIN

OPEN UP Farm Distillery  GROUND CONTROL

NATURAL GIN

Historique





Pour présenter cette distillerie, je vais reprendre, avec l’autorisation de son auteur que je remercie en passant, un extrait d’article de mon ami Eric Boschman mis en ligne mercredi 8 avril 2015 sur le site Lesvinsdusoir : Bon, à part une chanson, c’est quoi « Ground Control » ? Un gin. Un de plus, me direz-vous. Certes, vous aurez raison, encore un gin. Mais celui-ci est vraiment différent. D’abord, il est plus cher, largement, que la moyenne. Comme ça, c’est fait, vous pouvez rempocher vos commentaires tout de suite. Mais encore ? Y’a pas que l’argent dans la vie, et puis, franchement, une fois que vous aurez lu la suite, vous comprendrez que ce n’est pas comme pour un tas de grandes marques, juste une belle construction marketing, mais une réalité tangible. D’ailleurs, à ce propos, n’oubliez jamais que du marketing sans rien derrière, cela se nomme de la propagande…
Il était une fois à Pepingen (à un jet de noyau de cerises de Bruxelles), une bande de gars qui voulaient distiller autrement, ils créèrent « Open up distillery ». C’est une toute petite microentreprise participative qui se lance dans la production de produits quasi exclusifs. Entre autres, la gamme de gin répondant au doux nom de « Ground Control », car, dans le produit, ils contrôlent non seulement le distillat, mais aussi l’origine de tous les produits qui entrent en ligne de compte dans l’élaboration du spiritueux.

Un peu d’histoire et d’explications tirées de leur site internet, que je vous invite vivement à consulter :
BIENVENUE CHEZ GROUND CONTROL NATURAL GIN!
Un gin 100% naturel, élaboré sur base de matières premières brutes : blé, maïs, pommes et pommes de terre. Délicieux, pur, plus doux et plus rond.
Il y a maintenant trois ans, Manu De Cort et son épouse Sofie, et avec l’aide de Dirk Van Peteghem et de son ami d’enfance Benny, ont l’idée un peu folle de faire revivre une tradition ancestrale de notre région. Ils veulent en effet faire revivre une véritable distillerie traditionnelle, avec des alambics en cuivre de marque Arnold Holstein, afin de développer des distillats extraordinaires, en se basant sur de véritables matières premières et un véritable savoir-faire.
Malheureusement, Dirk ayant trop d’autres tâches à régler, Manu et Sofie s’occupent à présent seuls de la distillerie. En tant que ‘master distiller’, Manu s’occupe en toute logique du processus de distillation ainsi que de la création de nouvelles liqueurs, tandis que Sofie assure de son côté la mise en bouteilles manuelle, l’étiquetage ainsi que la logistique. Ils peuvent également compter sur Jeroen De Vroede, la cheville ouvrière pour tout ce qui concerne les événements et les dégustations, tant à la distillerie qu’en déplacement.
Notre alambic est un Arnold Holstein de 800 litres qui a plus de 30 ans. Il nous permet d’obtenir un produit aussi pur et doux que possible, sans perte de saveurs.
Nous distillons très lentement, en moyenne 6 heures par lot, afin de laisser l’opportunité à l’alcool de prélever les arômes, mais également de perdre quelque peu son aspect brut ou rugueux. Ce processus demande du temps, mais grâce à notre passion pour le produit fini, cette attente en vaut véritablement la peine. Nous aurions pu opter pour de l’alcool industriel en tant que produit de base, et donc également pour un rendement au moins dix fois supérieur. Mais quel aurait été l’intérêt de développer un produit qui se décline déjà en grandes quantités dans le commerce ? Nos goûts sont uniques, ronds et doux. Mais goûtez et jugez surtout par vous-même, tant sous forme de gin pur qu’en mélange avec un tonic.


OPEN UP Farm Distillery
GROUND CONTROL NATURAL GIN
Visite



C’est sur une invitation de STG pour la présentation d’un nouveau cigare que j’ai fait la découverte de cet endroit magique. Cette ferme-distillerie est tenue par des Boeren, dans le bon sens du terme, des Paysans qui aiment et respectent la Terre Mère. Ce qui fait que ce lieu magnifique nous plonge dans un autre monde.
Manu et Sofie s’excusent de ne pas parler correctement français, cela me fait toujours sourire, car je me dis que si j’avais parlé le flamand comme eux parlent le français, je n’aurais jamais été militaire.




Après la dégustation d’un gin tonic, nous rentrons dans la distillerie avec Manu. Dès les premières paroles, on sent qu’en plus de l’amour de la Terre, ce Monsieur a l’Amour de ce qu’il fait, c’est un Artisan. Il nous parle de l’origine du gin et nous entraîne dans une visite détaillée de sa passion. Il n’utilise pour ces alcools que de la matière première issue de sa ferme ou procurée par des voisins qui pratiquent le respect de la nature comme lui. Il s’agit du blé, du maïs, de la pomme et de la pomme de terre. Pour la petite histoire, si nous avons appris que la pomme est exclusivement de la Jonagold belge, les explications sur la variété de la pomme de terre se limiteront à une des 80 sortes connues en Belgique




Devant son alambic, il nous raconte que la distillation se pratique au minimum 5 fois pour obtenir toute la douceur de la matière première ainsi que le côté très aromatique des plantes rajoutées au fur et à mesure du procédé. C’est à travers le monde que Manu et son équipe trouvent les meilleures herbes aromatiques. Ces dernières sont encore séchées artisanalement, et à l’ancienne. Pour son gin, plus de 30 sortes différentes sont utilisées.




Pour clôturer cette visite, nous dégustons les 4 variétés :

N° 4 : Blé – Floral
100% de blé distillé avec des herbes aromatiques typiques pour le gin et des fleurs comme le bleuet, le souci, la fleur d’oranger, et principalement le sureau

N° 3 : Maïs – agrumes
Le maïs permet d’obtenir un alcool plus ‘sucré’ et encore plus doux en combinaison avec des accents d’agrumes, dont les oranges douces et amères, mais également les racines d’iris et de verveine, le citron vert…

N°2 : Pomme
Jonagold belges avec des baies de genévrier et de la coriandre, mais aussi de la bergamote, des agrumes, du thé noir, du poivre de Sichuan, ainsi que des algues japonaises

N°1 : Pomme de Terre
La pomme de terre belge associée à 23 herbes aromatiques : baies de genévrier, coriandre et cardamome, agrumes, sureau, fleurs de tilleul, iris, citronnelle, angélique…

Pour ma part, le n°2 est un réel bonheur. Très vite, on sent une explosion de poivre qui remplit la bouche avant que l’amertume des agrumes fasse son apparition, le tout est subtilement enveloppé par l’acidulé sucré des pommes. Avec le Fever Tree Meditterranean Tonic, il va encore plus libérer ses arômes et me réconcilier définitivement avec le gin.
Manu nous remercie de notre visite et nous invite à choisir un gin tonic avec le n° de notre choix et nous demande de le déguster avec respect pour la nature, car en fin de compte, nos gins proviennent à 100% de cette nature, littéralement de notre terre.

C’est sous nos applaudissements que l’humble master distiller met un terme à notre visite.

Vous me demanderez pourquoi un article sur le gin dans mon blog, je vous répondrai que comme pour les cigares, il ne faut pas être figé dans un terroir, mais surtout parce qu’en fin de visite, j’ai eu l’immense privilège de découvrir la toute nouvelle création de Manu, son whisky.

Il est toujours au stade de prototype puisqu’il a 1 an et ½ et donc pas encore l’appellation whisky. J’ai même eu l’honneur de le goûter. Manu a disparu dans les coins secrets de sa distillerie et est revenu avec un petit verre, brut de fût à 76% vieilli en fût de porto. Si vous me connaissez, vous savez que je ne suis pas un grand fan de whiskys belges ou français, mais j’ai hâte de découvrir le produit fini car ce premier test était déjà très prometteur. Patience, car en plus, il n’a toujours pas décidé le nombre d’années pendant lesquelles il va le laisser vieillir.


Si vous voulez en savoir plus, consultez le site de Ground Control, et pour mes amis belges, vous trouverez les gins de Manu dans certaines de vos civettes préférées.

Commentaires

Posts les plus consultés de ce blog

Le Bouton d’Or

Le Bouton d’Or C’est chez Christophe P. (JPP Cigares) que j’ai rencontré ce grand barbu pour la première fois, de suite il m’a fait penser au film Le Dernier Trappeur, cet homme des bois dans le bon sens du terme, proche de la nature et dans le respect de celle-ci. C’est ainsi que j’ai appris que cet amateur de cigares et de whiskys était le propriétaire du restaurant Le Bouton d’Or. J’ai donc décidé de lui rendre une petite visite avec quelques amis. Nous y avons fait la connaissance de Florence, l’épouse et partenaire de Roch. Dans le restaurant c’est simple, Roch en cuisine et Florence en salle. Celui-ci est pourvu d’un assez grand parking, ce qui est intéressant vu le trafic et le peu de place sur la chaussée. Dans le restaurant c’est simple, Roch en cuisine et Florence en salle. Celui-ci est pourvu d’un assez grand parking, ce qui est intéressant vu le trafic et le peu de place sur la chaussée. La salle est cosy, avec son mélange de

Cigares linéaires ou pas ?

Cigares linéaires ou pas ? Trois tiers contre le reste du monde Depuis un certain temps je vois une guéguerre sur les réseaux sociaux (principalement Facebook) ou même sur certains blogs. La phrase que je retrouve régulièrement est ce cigare est trop linéaire. Cela m’a fait penser à un échange avec Henke Kelner (Master Blender pour la Maison Davidoff), il disait ceci : le monde change, les hommes changent, il n’y a pas de raison que le fumeur ne change pas. Cela pour expliquer pourquoi il faisait des cigares de plus en plus linéaires. Mais que pensent les autres personnes travaillant dans le monde du cigare ? J’ai commencé par demander à Marc De Coen (Cubacigar Benelux) : Je pense que c’est une volonté de Habanos, la marque de fabrique de Cuba. Tu sais c’est Cubataba qui achète le tabac, qui l’apporte à la fabrique et qui dit si tel ou tel cigare va être confectionné et donc je pense qu’ils veulent vraiment garder ce qui fait leur réputation depuis des années c

Barbãr Rouge

Barbãr Rouge Brasserie Lefevbre Si vous suivez le blog, vous connaissez déjà la blonde et l’amour que je lui porte. Et bien ce soir, je teste pour vous la Barbãr Rouge. Qui dit bière aux fruits, dit obligatoirement l’avis de ma fille. Ce n’est pas du tout du machisme ; non je ne pense pas que c’est une bière de femme, mais je reste persuadé que pour ce genre de bière, un avis féminin est important. Je ne ferai pas de grands discours sur l’étiquetage car bien qu’il soit rouge, il est fort semblable à celui de la Barbãr blonde. Une grosse différence attire quand même mon attention : si sur la blonde l’étiquette met en avant le fait que c’est une bière forte et au miel, ici le forte à disparu et au miel est remplacé par aromatisée au miel. Cela demande quelques explications et c'est Cécile F. (Responsable Marketing & Communication de la brasserie) qui va me les donner, il s'agit en fait d'un problème de législation :  Sur l'étiquette, il est indiqu

Praline au tabac Macanudo Inspirado Black

C’est lors d’une soirée ChezDan que j’ai eu l’occasion de découvrir cette praline très particulière, réalisée par Frédéric Doumont. Cet ancien chimiste reconverti en chocolatier a appris que Julien faisait une dégustation de rhum et cigares, cela lui a donné l’idée de développer une praline spéciale pour l’évènement. Il m’explique que c’est un vrai travail d’alchimiste qui a demandé plusieurs tests. Au début, il a travaillé avec le tabac du macanudo inspirado black gordito et le chocolat noir, mais le résultat n’était pas satisfaisant car le tabac se faisait sentir trop bas dans la gorge, cela était désagréable et pouvait même faire tousser. Fréderic a donc modifié son chocolat pour le remplacer par un chocolat au lait. Il a commencé par fumer sa crème puis a utilisé de l’infusion de feuilles de tabacs pour l’incorporer dans sa praline. Il me conseille de mettre tout en bouche, de prime abord la praline goûte simplement le bon chocolat mais quand il commen

Furia

Un nom qui a déjà fait couler beaucoup d’encre sur les réseaux sociaux, ce qui me fait penser aux 3 passoires de Socrate, mais le but de cet article n’est pas de polémiquer mais de vous faire découvrir cette marque. Cette gamme de 3 cigares est une nouvelle marque de Didier Houvenaghel (dh Boutique Cigars), déjà bien présent dans le monde du cigare avec des marques comme La Ley, La Preferida ou Nicarao, en collaboration avec Abdel Fernandez. Didier est aussi un fan de mythologie, comme on peut s’en rendre compte avec l’habillage de la boite de La Ley ou le choix du nom Nicarao. Il ne va pas déroger à la règle pour cette gamme. Furia, Déesses sombres à deux visages de la mythologie grecque, sont aussi connues sous le nom des Bienveillantes. Elles sont chargées d'exécuter la sentence des juges. Elles poursuivent les coupables avec acharnement et ne laissent aux criminels aucun repos, elles les tourmentent sans relâche.   Mais sont aussi protectrices