Accéder au contenu principal

Macanudo inspirado Black Soirée de Lancement



C’est dans une ferme distillerie de gin que Thierry Sterckx de STG nous avait conviés pour une soirée évènement dédiée à la présentation d’un nouveau cigare, je devrais plutôt dire un agrandissement de la gamme Inspirado avec une nouvelle série, la Black, dotée de deux modules Gordito et Canonazo.




Après les bonjours d’usage, nous commençons par la dégustation d’un premier cigare en échangeant quelques mots, puis nous nous scindons en deux groupes en fonction de notre régime linguistique. Un groupe part vers la distillerie et le nôtre se retrouve dans un splendide grenier aménagé en salon.
Nous prenons place pour finir notre cigare et recevoir les informations techniques aussi bien sur le cigare que sur sa commercialisation.





Nos braves fermiers nous interrompent brièvement pour nous distribuer le premier amuse-bouche : petite assiette de boudin, choux rouge et compote. Nous profitons de cet interlude pour comparer nos sensations dégustatives sur ce black, vous retrouverez mes impressions personnelles dans l’article suivant, mais ce qui ressort de l’avis de tous, c’est qu’il est agréable et que son côté salé est fort présent.




Nos débats restent en suspens, car une voix forte et claire s’élève, c’est Albert Verdeyen, chef coq bruxellois, mieux connu sous le nom d’Albert Stoemp : Si je peux me permettre, ce que vous dites m’interpelle au niveau gastronomie, avec quoi pourriez-vous associer votre cigare, aussi bien en plat qu’en boisson ? Il continue sur sa lancée en demandant si du chocolat serait approprié. L’association chocolat avec le salé du cigare me plaît bien et j’y ajouterai pour ma part un whisky non tourbé, mais au côté salin.
Les échanges se suivent à tel point que nous n’avons pas vu revenir le deuxième groupe et Thierry est obligé de nous bousculer vers la distillerie.
Notre ami Albert ne se sent plus, on va parler patates, pommes, poires, blé et maïs ainsi que d’un tas de plantes aromatiques.






Manu, le Master Distiller, nous attend à l’entrée et nous explique qu’il lui a fallu 2 ans de recherches pour développer son premier gin. Je parle en long et en large de la distillerie dans l’article sur Open Up Farm Distillery.




Au moment de la dégustation des 4 gins élaborés par Manu, nous recevons également un deuxième en-cas : volaille, asperges blanche et verte, gnocchi accompagnés d’une délicieuse sauce. 



Il n’en faut pas plus pour qu’Albert nous parle du stoemp aux asperges et nous explique comment préparer les épluchures de pomme de terre en chips apéritif. Ce qui me fait dire en blaguant et en bon Liégeois : Où est-ce qu’on enlève les piles ? ce qui déclenche un éclat de rire général, y compris de Mister Stoemp qui, en bon épicurien, a beaucoup d’humour.

Manu nous demande notre gin préféré dans la dégustation, cela afin de nous faire préparer un gin tonic à base de notre choix.
Nous quittons la distillerie pour nous rendre vers le bâtiment principal, où l’on nous sert notre 3ème petite assiette : chicons, bœuf braisé, pomme de terre. Un régal, il y a même des gourmands, dont je tairais le nom, qui en ont mangé une deuxième.
Nous sirotons notre gin tonic et un cigare, tout en parlant du passé, du foot et d’une blague ou l’autre.




Un dessert manquait à certains, mais notre JIPI avait pensé à tout puisqu’il avait apporté des gaufres de Liège, venant directement et je le crie haut et fort, du meilleur pâtissier de la place de Liège, à savoir Bernard Eggen (Pâtisserie Eggenols). Pour la petite histoire, Jean-Pierre Castaldi, Jean Dujardin, et même le Prince Laurent apprécient fortement les gaufres de Bernard.
La soirée tire à sa fin, quelque irréductibles tiennent encore bon dans le grenier salon à refaire le football belge.

Il est temps de nous séparer après avoir remercié Thierry et les autres organisateurs de chez STG pour cette belle aventure, sans oublier Manu ainsi que sa famille pour leur bienveillance et leur formidable accueil.
D'autres photos sur Facebook 

Commentaires

Posts les plus consultés de ce blog

Le Bouton d’Or

Le Bouton d’Or C’est chez Christophe P. (JPP Cigares) que j’ai rencontré ce grand barbu pour la première fois, de suite il m’a fait penser au film Le Dernier Trappeur, cet homme des bois dans le bon sens du terme, proche de la nature et dans le respect de celle-ci. C’est ainsi que j’ai appris que cet amateur de cigares et de whiskys était le propriétaire du restaurant Le Bouton d’Or. J’ai donc décidé de lui rendre une petite visite avec quelques amis. Nous y avons fait la connaissance de Florence, l’épouse et partenaire de Roch. Dans le restaurant c’est simple, Roch en cuisine et Florence en salle. Celui-ci est pourvu d’un assez grand parking, ce qui est intéressant vu le trafic et le peu de place sur la chaussée. Dans le restaurant c’est simple, Roch en cuisine et Florence en salle. Celui-ci est pourvu d’un assez grand parking, ce qui est intéressant vu le trafic et le peu de place sur la chaussée. La salle est cosy, avec son mélange de

Cigares linéaires ou pas ?

Cigares linéaires ou pas ? Trois tiers contre le reste du monde Depuis un certain temps je vois une guéguerre sur les réseaux sociaux (principalement Facebook) ou même sur certains blogs. La phrase que je retrouve régulièrement est ce cigare est trop linéaire. Cela m’a fait penser à un échange avec Henke Kelner (Master Blender pour la Maison Davidoff), il disait ceci : le monde change, les hommes changent, il n’y a pas de raison que le fumeur ne change pas. Cela pour expliquer pourquoi il faisait des cigares de plus en plus linéaires. Mais que pensent les autres personnes travaillant dans le monde du cigare ? J’ai commencé par demander à Marc De Coen (Cubacigar Benelux) : Je pense que c’est une volonté de Habanos, la marque de fabrique de Cuba. Tu sais c’est Cubataba qui achète le tabac, qui l’apporte à la fabrique et qui dit si tel ou tel cigare va être confectionné et donc je pense qu’ils veulent vraiment garder ce qui fait leur réputation depuis des années c

Barbãr Rouge

Barbãr Rouge Brasserie Lefevbre Si vous suivez le blog, vous connaissez déjà la blonde et l’amour que je lui porte. Et bien ce soir, je teste pour vous la Barbãr Rouge. Qui dit bière aux fruits, dit obligatoirement l’avis de ma fille. Ce n’est pas du tout du machisme ; non je ne pense pas que c’est une bière de femme, mais je reste persuadé que pour ce genre de bière, un avis féminin est important. Je ne ferai pas de grands discours sur l’étiquetage car bien qu’il soit rouge, il est fort semblable à celui de la Barbãr blonde. Une grosse différence attire quand même mon attention : si sur la blonde l’étiquette met en avant le fait que c’est une bière forte et au miel, ici le forte à disparu et au miel est remplacé par aromatisée au miel. Cela demande quelques explications et c'est Cécile F. (Responsable Marketing & Communication de la brasserie) qui va me les donner, il s'agit en fait d'un problème de législation :  Sur l'étiquette, il est indiqu

Praline au tabac Macanudo Inspirado Black

C’est lors d’une soirée ChezDan que j’ai eu l’occasion de découvrir cette praline très particulière, réalisée par Frédéric Doumont. Cet ancien chimiste reconverti en chocolatier a appris que Julien faisait une dégustation de rhum et cigares, cela lui a donné l’idée de développer une praline spéciale pour l’évènement. Il m’explique que c’est un vrai travail d’alchimiste qui a demandé plusieurs tests. Au début, il a travaillé avec le tabac du macanudo inspirado black gordito et le chocolat noir, mais le résultat n’était pas satisfaisant car le tabac se faisait sentir trop bas dans la gorge, cela était désagréable et pouvait même faire tousser. Fréderic a donc modifié son chocolat pour le remplacer par un chocolat au lait. Il a commencé par fumer sa crème puis a utilisé de l’infusion de feuilles de tabacs pour l’incorporer dans sa praline. Il me conseille de mettre tout en bouche, de prime abord la praline goûte simplement le bon chocolat mais quand il commen

Furia

Un nom qui a déjà fait couler beaucoup d’encre sur les réseaux sociaux, ce qui me fait penser aux 3 passoires de Socrate, mais le but de cet article n’est pas de polémiquer mais de vous faire découvrir cette marque. Cette gamme de 3 cigares est une nouvelle marque de Didier Houvenaghel (dh Boutique Cigars), déjà bien présent dans le monde du cigare avec des marques comme La Ley, La Preferida ou Nicarao, en collaboration avec Abdel Fernandez. Didier est aussi un fan de mythologie, comme on peut s’en rendre compte avec l’habillage de la boite de La Ley ou le choix du nom Nicarao. Il ne va pas déroger à la règle pour cette gamme. Furia, Déesses sombres à deux visages de la mythologie grecque, sont aussi connues sous le nom des Bienveillantes. Elles sont chargées d'exécuter la sentence des juges. Elles poursuivent les coupables avec acharnement et ne laissent aux criminels aucun repos, elles les tourmentent sans relâche.   Mais sont aussi protectrices