Accéder au contenu principal

Camacho Ecuador



La marque au scorpion a sorti une nouvelle gamme, après la Triple Maduro, voici l’Ecuador.
J’entends déjà certains de mes amis : Encore un cigare de bikers, un très mauvais cigare… Et bien mes chers lecteurs, moi, je dirais en bon Liégeois : Oufti ! Quel bon cigare dans cette gamme colorée.
Après le noir, l’orange, le rouge, le jaune, voici le bleu.
Ce cigare est commercialisé en 3 modules : robusto, toro et gordo.

Ma dégustation de ce jour sera un gordo qui m’a été offert pour mon anniversaire, merci Jipi.
Mon cigare fait un cepo de 60 pour 15.2 cm.

La fiche technique me dit que c’est l’Equateur, plus particulièrement une région située sous les Andes, qui a fourni les feuilles pour la cape, ce qui donne un certain charme à ce cigare par sa couleur, sa texture, son aspect général et surtout son arôme spécial.

Cape : Equateur (Habano)
Sous-cape : Brésil (Mata Fina)
Tripe : Honduras et Rép. dominicaine

Mon cigare a une belle cape bien soyeuse et douce, la fiche technique a dit vrai, la finition du cigare est bonne dans son ensemble.





Je vais donc en faire la dégustation en préparant quelques renseignements sur la fête de Beltaine qui arrive à grands pas. Je décide d’utiliser mon tout nouveau coupe-cigare (encore un cadeau, j’ai été vraiment gâté cette année) et je m’aperçois que cepo 60, c’est vraiment limite pour celui-ci, mais la partie coupée sera plus que suffisante pour une bonne dégustation.

Je craque l’allumette et me voilà parti pour 78 min.
L’allumage est lent et demande presque la combustion d’une grande allumette. Dès le démarrage, une belle fumée se dégage, celle-ci est envahissante et se glisse dans la pièce comme un fantôme, sûrement déjà la présence des esprits de Beltaine. Non, je vous rassure, c’est bien du tabac. Si vous me suivez régulièrement, vous savez que cette fumée est donnée principalement par le tabac Mata Fina.

Woaw, dès la première bouffée, mon palais est pris d’assaut par le poivre noir fort présent, par le clou de girofle. Plus tard, divers arômes terreux et de pamplemousse rose viendront calmer cette ardeur.
Je pense à cet instant que j’ai bien fait d’accompagner ma dégustation d’un coca, car l’alcool aurait encore augmenté cette sensation de poivre.

Je constate donc que ce cigare n’est pas à mettre entre n’importe quelles mains, certainement pas en tout cas dans celle de débutants.

La cendre est bien ferme et tient bien sur le cigare. Lorsque je la fais enfin tomber, je constate qu’elle est dure et compacte. Je la presse avec un cure-dent et elle se brise en deux parts égales, ce qui assez rare dans nos cigares actuels.
Je continue ma dégustation, mais après la tombée de cendre, mon cigare fume moins, il se consume même en cratère. Je pratique donc un sauvetage avec un long dégazage et celui-ci renaît de ses cendres et repart de plus belle.
La fumée est maintenant dans toute la pièce, ce qui me fait sourire en pensant à 23 gaillards du club de La Louvière qui dégusteraient ce cigare au Chebec. Une aération de celle-ci est indispensable, car je vois le match de foot comme si j’étais au stade entre les fumigènes. Ce petit répit dans mon aventure Camacho me fait du bien, car même si j’adore son côté piquant et puissant, te veel is te veel (trop c’est trop).




Je reviens sur mon cigare, celui-ci s’est éteint, je le rallume donc et continue ma dégustation, j’en profite pour m’attarder un peu sur la bague qui est maintenant à côté du cendrier. Elle est classique pour la marque : imposante et de couleur bleue, les inscriptions sont noires. On y retrouve : Tristement célèbre depuis 1962, Camacho en grandes lettres, Ecuador en plus petit, le logo du scorpion, et le tout entourés des bandes noires de la marque.
Pour information : à l’exception d’Ecuador, tout le reste est le design adapté par la marque pour rappeler l’héritage emblématique et sa philosophie moderne de la concurrence agressive.




Ma dégustation tire lentement sur sa fin, je suis toujours dans un beau nuage et les mélanges de saveurs. Je retiendrai de cette dégustation qu’elle est à refaire, car ce cigare est au top, mais peut être fumé moins vite pour ne pas être assommé par le poivre, sûrement pas le partager avec un whisky, mais privilégier des softs voire une pils bien fraiche et ne pas le proposer à quelqu’un qui trouve déjà que le My Father Benelux est trop puissant…

Commentaires

Posts les plus consultés de ce blog

Le Bouton d’Or

Le Bouton d’Or C’est chez Christophe P. (JPP Cigares) que j’ai rencontré ce grand barbu pour la première fois, de suite il m’a fait penser au film Le Dernier Trappeur, cet homme des bois dans le bon sens du terme, proche de la nature et dans le respect de celle-ci. C’est ainsi que j’ai appris que cet amateur de cigares et de whiskys était le propriétaire du restaurant Le Bouton d’Or. J’ai donc décidé de lui rendre une petite visite avec quelques amis. Nous y avons fait la connaissance de Florence, l’épouse et partenaire de Roch. Dans le restaurant c’est simple, Roch en cuisine et Florence en salle. Celui-ci est pourvu d’un assez grand parking, ce qui est intéressant vu le trafic et le peu de place sur la chaussée. Dans le restaurant c’est simple, Roch en cuisine et Florence en salle. Celui-ci est pourvu d’un assez grand parking, ce qui est intéressant vu le trafic et le peu de place sur la chaussée. La salle est cosy, avec son mélange de

Cigares linéaires ou pas ?

Cigares linéaires ou pas ? Trois tiers contre le reste du monde Depuis un certain temps je vois une guéguerre sur les réseaux sociaux (principalement Facebook) ou même sur certains blogs. La phrase que je retrouve régulièrement est ce cigare est trop linéaire. Cela m’a fait penser à un échange avec Henke Kelner (Master Blender pour la Maison Davidoff), il disait ceci : le monde change, les hommes changent, il n’y a pas de raison que le fumeur ne change pas. Cela pour expliquer pourquoi il faisait des cigares de plus en plus linéaires. Mais que pensent les autres personnes travaillant dans le monde du cigare ? J’ai commencé par demander à Marc De Coen (Cubacigar Benelux) : Je pense que c’est une volonté de Habanos, la marque de fabrique de Cuba. Tu sais c’est Cubataba qui achète le tabac, qui l’apporte à la fabrique et qui dit si tel ou tel cigare va être confectionné et donc je pense qu’ils veulent vraiment garder ce qui fait leur réputation depuis des années c

Barbãr Rouge

Barbãr Rouge Brasserie Lefevbre Si vous suivez le blog, vous connaissez déjà la blonde et l’amour que je lui porte. Et bien ce soir, je teste pour vous la Barbãr Rouge. Qui dit bière aux fruits, dit obligatoirement l’avis de ma fille. Ce n’est pas du tout du machisme ; non je ne pense pas que c’est une bière de femme, mais je reste persuadé que pour ce genre de bière, un avis féminin est important. Je ne ferai pas de grands discours sur l’étiquetage car bien qu’il soit rouge, il est fort semblable à celui de la Barbãr blonde. Une grosse différence attire quand même mon attention : si sur la blonde l’étiquette met en avant le fait que c’est une bière forte et au miel, ici le forte à disparu et au miel est remplacé par aromatisée au miel. Cela demande quelques explications et c'est Cécile F. (Responsable Marketing & Communication de la brasserie) qui va me les donner, il s'agit en fait d'un problème de législation :  Sur l'étiquette, il est indiqu

Praline au tabac Macanudo Inspirado Black

C’est lors d’une soirée ChezDan que j’ai eu l’occasion de découvrir cette praline très particulière, réalisée par Frédéric Doumont. Cet ancien chimiste reconverti en chocolatier a appris que Julien faisait une dégustation de rhum et cigares, cela lui a donné l’idée de développer une praline spéciale pour l’évènement. Il m’explique que c’est un vrai travail d’alchimiste qui a demandé plusieurs tests. Au début, il a travaillé avec le tabac du macanudo inspirado black gordito et le chocolat noir, mais le résultat n’était pas satisfaisant car le tabac se faisait sentir trop bas dans la gorge, cela était désagréable et pouvait même faire tousser. Fréderic a donc modifié son chocolat pour le remplacer par un chocolat au lait. Il a commencé par fumer sa crème puis a utilisé de l’infusion de feuilles de tabacs pour l’incorporer dans sa praline. Il me conseille de mettre tout en bouche, de prime abord la praline goûte simplement le bon chocolat mais quand il commen

Furia

Un nom qui a déjà fait couler beaucoup d’encre sur les réseaux sociaux, ce qui me fait penser aux 3 passoires de Socrate, mais le but de cet article n’est pas de polémiquer mais de vous faire découvrir cette marque. Cette gamme de 3 cigares est une nouvelle marque de Didier Houvenaghel (dh Boutique Cigars), déjà bien présent dans le monde du cigare avec des marques comme La Ley, La Preferida ou Nicarao, en collaboration avec Abdel Fernandez. Didier est aussi un fan de mythologie, comme on peut s’en rendre compte avec l’habillage de la boite de La Ley ou le choix du nom Nicarao. Il ne va pas déroger à la règle pour cette gamme. Furia, Déesses sombres à deux visages de la mythologie grecque, sont aussi connues sous le nom des Bienveillantes. Elles sont chargées d'exécuter la sentence des juges. Elles poursuivent les coupables avec acharnement et ne laissent aux criminels aucun repos, elles les tourmentent sans relâche.   Mais sont aussi protectrices