Marc Leclercq - Julius

Jules César fumait-il le cigare ? (Article paru dans la revue Euros-Toques février 2016)

Les fouilles de certains sites archéologiques en Europe ont permis de découvrir des objets démontrant que les civilisations romaines fumaient dans des pipes une sorte de champignon séché.
Le tabac a fait son apparition sur le continent européen bien plus tard suite aux voyages des grands explorateurs comme Christophe Colomb.
Alors.... Jules César fumait-il le cigare ?

A cette question existentielle, la réponse est affirmative même si aucun manuel d'histoire n'en fait état, et pour cause:
- Julius Caeser Newman, né en Hongrie en 1875, traversa l'atlantique en 1888 à la recherche du rêve américain ; son frère aîné s'orienta vers le métier de tailleur alors que lui, âgé d'un peu plus de treize ans, souhaitait déjà fabriquer des cigares.
Sa conviction était si profonde que sa mère finit par lui payer les conseils d'un torcédor expérimenté qui lui apprit le métier.
En 1895, à 20 ans, il démarre sa propre fabrication de cigares avec une production de 500 pièces.
En 1991, pour fêter le 100ème anniversaire de la création de son entreprise qui se profile à l'horizon, son fils Stanford sort le Diamond Crown; un cigare qu'il a mis au point en collaboration avec la célèbre marque Carlos Fuente s.a. 
La liga est faite de 6 ou 7 feuilles (1 ou 2 de plus que les ligas traditionnelles) et les tabacs utilisés ont vieilli 5 ans minimum afin d'obtenir une plus grande richesse aromatique.
Il s'agit d'un hommage à son père et Stanford veut créer le meilleur cigare, sans se préoccuper ni du temps, ni de l'argent, ni du potentiel de vente.
Le succès est au rendez-vous, et en 2002, dans la lignée, la série Diamond Crown Maximus est mise sur le marché.




La gamme est revisitée en 2010 pour le 135ème anniversaire de JC NEWMAN, et un nouvel assemblage est élaboré par la Tabacalera A. Fuente en République dominicaine.
La cape provient de graines cubaines plantées en Equateur alors que la sous-cape fait appel au terroir dominicain.
La tripe est un savant mélange de tabacs des Caraïbes et d'Amérique centrale.
Mi-septembre, nous assistions à Bruxelles à la présentation par Monsieur NEWMAN en personne pour la JC NEWMAN CIGAR Cie, accompagné de Monsieur Jean Christophe HOLLAY, directeur pour la société Davidoff de Genève, chargée de la distribution.




Le Toro Diamond Crown qui nous est présenté est habillé d'une cape lisse et huileuse ; quand on le porte au nez, des arômes de paille, de café, voire de cuir s'en dégagent.
Nous l'allumons, le tirage s'avère aisé et la combustion régulière. Des saveurs complexes, riches et grasses de foin, cuir, café dominent par leur présence.
Arrivé au deuxième tiers, les notes de cuir, d'épice, de poivre, de bois précieux, d'expresso sont plus perceptibles; elles se prolongent dans le troisième tiers avec quelques notes de terre et d'épices supplémentaires.
Distribué par la Maison Davidoff de Genève, des 5 modules de la marque, seul le robusto (4.3/4X52) au prix de 20€ est disponible actuellement sur le marché belge.







Commentaires