La Flor Dominicana Double Ligero DL600 Maduro



Un membre de la Monday Team n’a pas oublié ses amis lors de son voyage en République dominicaine et nous a gracieusement offert ce cigare.

Le test de ce soir se portera donc sur un cigare Flor Dominicana de 13,30 cm pour un cepo de 52.

Cape : Maduro de l’Equateur
Sous cape : République dom.
Tripe : République dom.

Comme son nom l’indique, celui-ci est double ligero. Le Havanascope 2005 nous dit que le ligero est la feuille du sommet du plant de tabac, celle qui a reçu le plus de soleil et qui est cueillie pour donner la force au cigare. On se doute donc qu’avec 2 feuilles de ce type, on doit avoir une certaine puissance.




J’accompagnerai ma dégustation d’une Chouffe Soleil et d’une Tripleblonde Waterloo.
Les explications étant données, passons maintenant mes chers lecteurs à la partie dégustation proprement dite.




J’ai un en main un cigare à la cape foncée et huileuse d’un bel aspect, orné d’une grande bague aux couleurs noire, blanche et rouge sur laquelle on retrouve LFD, abréviation de la marque, double ligero.
Je décide de le prendre au coupe-cigares et de lui décapiter le sommet de la tête.

A cru, j’ai déjà la présence de puissance. L’allumage est long, il me faut 3 allumettes pour avoir un pied bien incandescent mais une fois allumé, la combustion est parfaite.
Les premières bouffées délivrent directement une grande quantité de fumée et des arômes épicés qui sont assez surprenants pour un cigare de République dominicaine, mais que j’apprécie énormément. Je suis prêt à décoller pour un beau voyage, la puissance de ce bijou m’enveloppe à chacune de mes bouffées, et je suis rapidement sous le charme de celui-ci.
Je suis également happé par le parfait équilibre entre la puissance et les arômes chocolatés, épicés, de cuir et de cèdre. Un véritable délice.

Peu avant la bague, je me retrouve comme Icare, la chute est phénoménale, mon cigare devient très âcre, voire désagréable. Je constate que celui-ci m’a fait fortement saliver et que j’ai occasionné un trop-plein d’humidité en tirant trop fort par pure gourmandise. Je pratique donc un long et puissant dégazage. Cela reste insuffisant, mon cigare redémarre, mais le charme est rompu.
Quelques bouffées plus tard, le cigare devient très chaud et brûlant, je décide de le laisser s’éteindre, se reposer, refroidir le temps d’un excellent duo sur la chanson Walk this way d'Aerosmith & Run-DMC. 
Je rallume ma vitole test et je retrouve le bon cigare du départ, mais le temps m’est compté et je ne redécollerai plus avant la belle mort de celui-ci.

Je remercie quand même l’ami qui m’a fait découvrir ce cigare, car même si la chute a été rude, elle est en partie de ma faute, et surtout les 65 premières minutes étaient simplement divines.




Pour le partage, il m’a semblé se mettre mieux avec la Waterloo qu’avec la Chouffe Soleil.



Commentaires