H.Upmann

Magnum 56 Limited Edition 2015





Comme je n’aime pas rester sur une mauvaise impression, je refais un test de ce cigare qui avait été complètement foireux la première fois, lors de la soirée L’Homme, lescigares…

Je me retrouve donc avec un cigare qui a l’air bien roulé, avec une cape assez souple et légèrement huileuse et de bon aspect.




Mon cigare édition limitée fait 15 cm pour un cepo de 56, il porte la bague classique H. Upmann qui chevauche celle marquée Magnum 56 en blanc sur fond rouge, avec en dessous la bague traditionnelle des Limited Editions. Pour rappel, cela signifie que toutes les feuilles de tabac qui composent mon cigare ont un minimum de 2 ans de vieillissement de plus que les cigares cubains classiques.

L’allumage est facile et le tirage est bon, le cigare dégage déjà des saveurs de poivre blanc, mais avec un goût inhabituel de sel marin. Cela, je dois dire, est assez surprenant mais pas désagréable du tout. Très vite, d’autres parfums vont faire leur apparition, certains subrepticement comme la viande grillée, d’autres très présents comme le chocolat, le cèdre et la brioche.




La cendre est ferme et reste assez claire ; une fois tombée dans le cendrier, je tente de l’écraser délicatement avec une allumette et celle-ci se sépare presque en deux, preuve de sa dureté et qu’elle est bien compacte.
Nous sommes dans un cigare cubain, donc je m’attends à avoir le sacro-saint cigare en trois tiers, si cher aux puristes et aux mammouths qui préfèrent la mort à l’évolution du fumeur. Et bien entendu, cela ne rate pas, à tel point que la 3ème partie de ma dégustation me laisse dubitatif. Si mon cigare a eu une belle montée toute en douceur aussi bien au niveau puissance que dans les arômes, tout en restant équilibrée, la 3ème partie devient plus chaude, plus agressive avec assez bien d’amertume.
Par expérience, je sais que le dégazage ne va rien changer puisque cette amertume provient plus du tabac à l’odeur carbonisée que des gaz de combustion.

Je tire donc encore quelques bouffées de confirmation et laisse la fin de mon test dans le cendrier.

Je dirai en conclusion que ce très bon cigare m’a donné de réels moments de plaisir et de détente pendant 80 minutes, et donc encore une belle réconciliation avec le terroir cubain, mais je n’ai pas trouvé une grande différence avec le Magnum 50 de la même marque sauf peut-être dans la rondeur et vu son prix élevé, le premier test d’un cigare mal roulé me reste en travers de la gorge.

Commentaires