Griffin’s Nigaragua Robusto

Griffin’s

Nigaragua  Robusto




C’est lors de la soirée du club Les cigares des templiers que j’ai découvert cette gamme commercialisée dans les civettes que je fréquente : Maison Demoulin (Liège), Maison Leclercq (Liège), Au Plaisir de Vivre (Waterloo), JPP Cigares (La Louvière) et Maison Dhondt (Tournai).
L’article se portera sur la dégustation du module robusto, un cigare de 12,7 cm pour un cepo de 54.

Celui-ci n’est pas un puros puisque :
Cape : Nigaragua
Sous-cape : Rép. dominicaine
Tripe : Nicaragua, Rép. dominicaine et Honduras

On peut dire que le terroir Nicaragua à la cote pour le moment, car plusieurs grandes marques se tournent vers lui. Bien sûr les puristes rappelleront que ce sont des graines cubaines qui ont été plantées au départ de la production de tabac dans ce pays.





Avant de passer à mes impressions de dégustation, je voudrais attirer votre attention sur la bague, car si on y retrouve toujours l’inscription The Griffin’s et le dessin du griffon, la bague est totalement différente de celle utilisée classiquement par la société Davidoff pour la marque. En effet, ici le fond de la bague est noir, l’inscription est blanche et le griffon est rouge, alors que traditionnellement, on avait une bague blanche avec des inscriptions grises et un griffon doré.




Mais revenons au sujet de la dégustation du robusto, mon article reposera sur la dégustation de 3 tests de ce module.
Je coupe un léger morceau de la tête et je l’allume avec les allumettes de la marque (moi aussi, je sais être puriste). L’allumage se fait facilement et la combustion est simplement parfaite. Je suis étonné par la différence avec le gran toro qui était plus puissant à mon avis, je trouve que ce robusto fait plus penser à un cigare du Honduras que du Nicaragua. Par contre, dès le début, celui-ci dégage des arômes de chocolat noir et de café qui me plongent dans un sentiment de bien-être et de méditation, habitant pas loin de l’ancienne usine de café Chat Noir, ce cigare me replonge dans les senteurs de mon enfance. Au fur et à mesure de ma dégustation, d’autres arômes boisés et floraux viennent augmenter la palette.




Ce cigare dégage aussi une bonne fumée tout au long de mon partage avec lui, celui-ci durera 74 min. 
J’ai vraiment apprécié ce cigare même si je n’ai pas été aussi loin dans le délire qu’avec The Griffin’s Special Edition 2015 Club Series III, j’ai passé un bon moment.

En conclusion, je dirais que si vous voulez du terroir purement Nicaragua, tournez-vous vers un Davidoff Nicaragua, un La Ley ou un Nicarao plutôt que vers ce Griffin’s, maintenant si vous cherchez une belle palette d’arômes chocolatée pour un cigare équilibré, je vous conseille ce cigare. 

Je l’ai dégusté avec une bière brune d’abbaye la Paix Dieu, très bon mélange. Je le conseillerais aussi avec un Cardhu Special cask reserve

Mon ami Angelo, avec qui j’en ai partagé un, a abouti aux mêmes conclusions. Il est étonné du manque de puissance, mais il a été agréablement surpris par le mélange aromatique.

Commentaires