Hiram & Salomon Cigars

Master Mason Toro 2016







Ce cigare dominicain se compose d’une gamme de 3 modules : EA, FC et MM, qui sont les 3 degrés de la franc-maçonnerie.
Ma dégustation de ce soir portera sur le Master Mason (MM). Etant le plus haut en grade, il est également le plus puissant.
Il fait 15.24 cm pour un cepo de 56.

Cape : Rép. dominicaine maduro
Sous cape : Rép dominicaine
Tripe : Rép dominicaine





 Il a deux bagues très explicites et spécifiques : la première au pied du cigare, qui reprend simplement le degré maçonnique de celui-ci. Elle est noire avec deux MM en blanc entre deux lacs d’amour. L’autre, avec ses couleurs bleue et argentée, est dans la symbolique : l’équerre, le compas, la lettre G, le pavé mosaïque…
Au nez, celui-ci dégage de bonnes odeurs fruitées et un léger cuir. Je le coupe (oui, pour ceux qui me suivent, j’ai momentanément rangé mon emporte-pièce) et tire quelques coups sur la tête. A cru, des odeurs de cannelle et de chocolat s’ajoutent aux autres déjà découvertes au nez. L’allumage est parfait, et une importante quantité de fumée s’échappe ; celle-ci accompagnera toute ma dégustation, on se croirait dans certaines cérémonies quand on abuse d’encens de purification, mais cela reste agréable, car la fumée n’est pas piquante et dégage de beaux arômes.




J’ai aussi une cendre épaisse et bien blanche, un assez gros morceau tombe dans le cendrier. Je pousse dessous avec mon allumette et au lieu de s’effriter, elle se sépare presque en deux parties identiques, signe d’une bonne construction de mon cigare.
Je suis étonné par la puissance dès les premières bouffées et qui va en plus augmenter encore un peu lors de ma dégustation. Et même si le terroir dominicain a la réputation d’avoir une belle palette dans la gamme des arômes, je trouve ici les classiques : le poivre, la cannelle, le cuir, le café, la noisette, mais aussi des nouveaux comme la cerise, le cèdre fort et la mélasse.




Au 3ème coup de maillet, je dépose mon cigare après avoir passé 95 min dans ce beau temple pour rejoindre le monde de la nécessité.
De plus, les membres fondateurs de cette gamme ont voulu garder l’esprit maçonnique puisque une part de leur bénéfice est reversée à une œuvre de charité, le Shriners Hospital for Children (Shriners International, également connu sous le nom de Shriners, est une société établie en 1870 et basée à Tampa, en Floride, Etats-Unis. C’est un organisme dépendant de la franc-maçonnerie fondé sur le plaisir, la fraternité et les principes maçonniques de l'amour fraternel et de la tolérance. Il compte environ 350.000 membres dans 195 temples aux États-Unis, Canada, Brésil, Mexique, Panama, Philippines, Porto Rico, en Europe et en Australie. L'organisation est surtout connue pour les hôpitaux pour enfants qu'elle administre, et les nez rouges que les membres portent, comme Robin Williams dans Docteur Patch.





Je peux vous en procurer, pour tout renseignement, contactez-moi. 

Commentaires