Accéder au contenu principal

Marc Leclercq - Don Thomas Nica

Nous retrouvons Marc Leclercq et ses articles pour la revue Euro-Toque.

Don Thomas Nicaragua (article paru dans la revue Euros-Toques 2015)

Un monde magique qui se renouvelle continuellement, nous surprend, nous passionne, aiguise notre curiosité, envoûte nos papilles avec ses volutes et nous procure des moments de plénitude le temps d'un cigare.
Bienvenue dans le monde des aficionados.
Nous embarquons aujourd'hui à destination du Nicaragua avec ses régions de Jalapa, Condega Pueblo, Estelí et leurs cultures sur sols vierges.
Nous ferons escale en République Dominicaine pour son piloto Cubano ainsi qu'au Brésil et sa région d'Arapiraca pour vous présenter le nouveau Don Tomas du Nicaragua.
Ce n'est pas un hasard si le mélangeur Augustin Garcia du Scandinavian Tobacco Group a collaboré avec le producteur de tabacs Pedro Guardian et les mélangeurs d'Estelí à la mise au point de ce nouveau cigare.
Dotés d'un savoir-faire hors du commun, ces artisans dans les diverses étapes de fabrication des cigares au Nicaragua sont pour la plupart issus de l'immigration cubaine, emportant dans leurs bagages les secrets de la culture, de la fermentation et de l'assemblage transmis de génération en génération sur leur terre d'origine.
Les tabacs Pedro Guardian de Jalapa et Condega Pueblo sont mélangés au Piloto Cubano (variété de semences cubaines replantées en République Dominicaine) afin de constituer la tripe.
La sous-cape brésilienne de la région d'Arapiraca maintient cette tripe en place et lui apporte son équilibre aromatique.
C'est au terroir de Jalapa avec ses feuilles de "plein air" que revient le privilège d'habiller le nouveau Don Tomas en lui donnant une touche légèrement épicée.




Ce nouveau cigare délivre des notes de noisettes, des arômes boisés, salés, et légèrement épicés; il est de puissance moyenne.

Je vous propose une petite parenthèse pour vous faire part d'une expérience que je suis en train de vivre en savourant un cigare dans le sud de l'Espagne au bord de l'Atlantique.




Dans l'assortiment de cigares choisis pour les vacances, j'ai pris un robusto du Nicaragua.
Ce cigare avec sa palette aromatique intéressante, son tirage aisé, sa bonne combustion et sa cendre bien blanche aux anneaux réguliers et serrés me paraît conforme à mes souvenirs.
Le même cigare dégusté hier au même endroit avait une combustion chaotique; alors que je forçais la cadence de tirage, j'ai dû le relancer à maintes reprises en finissant par l'abandonner avant le troisième tiers.
Sa combustion était difficile, en cratère, ses arômes plus agressifs voire empyreumatiques, sa cendre éclatée était de teinte foncée; bref, un moment "pas terrible".
Aujourd'hui je retrouve ce cigare qui m'avait plu en Belgique et me pose beaucoup de questions : problèmes de différentes qualités de tabacs? De fermentation? De construction? J'envisage toutes les pistes mais n'acquiers aucune certitude.
Le long de l'Atlantique, je regarde l'océan, la plage, le ciel et là, je remarque un élément qui de fil en aiguille fait naître une théorie assez rocambolesque que je peaufine point après point comme peut le faire un esprit en vacances.
Lors de ma première dégustation, le temps était au beau fixe et une légère brise marine venant de l'Atlantique rendait l'air frais et humide.
Aujourd'hui, l'orientation du vent a changé, chaud et sec, venant de l'intérieur des terres, il m'a fait douter à un certain moment du bien fondé de fumer un cigare dans une telle atmosphère.
Imaginez ma surprise, quand, malgré mes craintes, cette expérience s'est révélée nettement meilleure que la veille.
Se peut-il qu'un air maritime plus humide et plus salé ait joué un tel rôle?
Influencé à tel point les arômes en modifiant les gaz de combustion?
S'agit-il d'un "trip" de l'aficionado en vacances ou d'un élément de plus nous obligeant à relativiser une évaluation trop stricte d'un cigare?
A méditer, à discuter et à confirmer... refermons cette parenthèse.





La gamme du nouveau Don Tomas Nicaragua se décline en 4 modules :
- Le Lindos : L 102 mm X 16 mm de cepo à 3.00 €
- Le Rotshild : L 114 mm X 20 mm de cepo à 4.20 €
- Le Robusto : L 140 mm X 20 mm de cepo à 4.50 €
- Le Toro : L 152 mm X 21 mm de cepo à 5.20 €.

Ce nouveau cigare est en vente à la Maison Leclercq.

Commentaires

Posts les plus consultés de ce blog

Le Bouton d’Or

Le Bouton d’Or C’est chez Christophe P. (JPP Cigares) que j’ai rencontré ce grand barbu pour la première fois, de suite il m’a fait penser au film Le Dernier Trappeur, cet homme des bois dans le bon sens du terme, proche de la nature et dans le respect de celle-ci. C’est ainsi que j’ai appris que cet amateur de cigares et de whiskys était le propriétaire du restaurant Le Bouton d’Or. J’ai donc décidé de lui rendre une petite visite avec quelques amis. Nous y avons fait la connaissance de Florence, l’épouse et partenaire de Roch. Dans le restaurant c’est simple, Roch en cuisine et Florence en salle. Celui-ci est pourvu d’un assez grand parking, ce qui est intéressant vu le trafic et le peu de place sur la chaussée. Dans le restaurant c’est simple, Roch en cuisine et Florence en salle. Celui-ci est pourvu d’un assez grand parking, ce qui est intéressant vu le trafic et le peu de place sur la chaussée. La salle est cosy, avec son mélange de

Cigares linéaires ou pas ?

Cigares linéaires ou pas ? Trois tiers contre le reste du monde Depuis un certain temps je vois une guéguerre sur les réseaux sociaux (principalement Facebook) ou même sur certains blogs. La phrase que je retrouve régulièrement est ce cigare est trop linéaire. Cela m’a fait penser à un échange avec Henke Kelner (Master Blender pour la Maison Davidoff), il disait ceci : le monde change, les hommes changent, il n’y a pas de raison que le fumeur ne change pas. Cela pour expliquer pourquoi il faisait des cigares de plus en plus linéaires. Mais que pensent les autres personnes travaillant dans le monde du cigare ? J’ai commencé par demander à Marc De Coen (Cubacigar Benelux) : Je pense que c’est une volonté de Habanos, la marque de fabrique de Cuba. Tu sais c’est Cubataba qui achète le tabac, qui l’apporte à la fabrique et qui dit si tel ou tel cigare va être confectionné et donc je pense qu’ils veulent vraiment garder ce qui fait leur réputation depuis des années c

Barbãr Rouge

Barbãr Rouge Brasserie Lefevbre Si vous suivez le blog, vous connaissez déjà la blonde et l’amour que je lui porte. Et bien ce soir, je teste pour vous la Barbãr Rouge. Qui dit bière aux fruits, dit obligatoirement l’avis de ma fille. Ce n’est pas du tout du machisme ; non je ne pense pas que c’est une bière de femme, mais je reste persuadé que pour ce genre de bière, un avis féminin est important. Je ne ferai pas de grands discours sur l’étiquetage car bien qu’il soit rouge, il est fort semblable à celui de la Barbãr blonde. Une grosse différence attire quand même mon attention : si sur la blonde l’étiquette met en avant le fait que c’est une bière forte et au miel, ici le forte à disparu et au miel est remplacé par aromatisée au miel. Cela demande quelques explications et c'est Cécile F. (Responsable Marketing & Communication de la brasserie) qui va me les donner, il s'agit en fait d'un problème de législation :  Sur l'étiquette, il est indiqu

Praline au tabac Macanudo Inspirado Black

C’est lors d’une soirée ChezDan que j’ai eu l’occasion de découvrir cette praline très particulière, réalisée par Frédéric Doumont. Cet ancien chimiste reconverti en chocolatier a appris que Julien faisait une dégustation de rhum et cigares, cela lui a donné l’idée de développer une praline spéciale pour l’évènement. Il m’explique que c’est un vrai travail d’alchimiste qui a demandé plusieurs tests. Au début, il a travaillé avec le tabac du macanudo inspirado black gordito et le chocolat noir, mais le résultat n’était pas satisfaisant car le tabac se faisait sentir trop bas dans la gorge, cela était désagréable et pouvait même faire tousser. Fréderic a donc modifié son chocolat pour le remplacer par un chocolat au lait. Il a commencé par fumer sa crème puis a utilisé de l’infusion de feuilles de tabacs pour l’incorporer dans sa praline. Il me conseille de mettre tout en bouche, de prime abord la praline goûte simplement le bon chocolat mais quand il commen

Furia

Un nom qui a déjà fait couler beaucoup d’encre sur les réseaux sociaux, ce qui me fait penser aux 3 passoires de Socrate, mais le but de cet article n’est pas de polémiquer mais de vous faire découvrir cette marque. Cette gamme de 3 cigares est une nouvelle marque de Didier Houvenaghel (dh Boutique Cigars), déjà bien présent dans le monde du cigare avec des marques comme La Ley, La Preferida ou Nicarao, en collaboration avec Abdel Fernandez. Didier est aussi un fan de mythologie, comme on peut s’en rendre compte avec l’habillage de la boite de La Ley ou le choix du nom Nicarao. Il ne va pas déroger à la règle pour cette gamme. Furia, Déesses sombres à deux visages de la mythologie grecque, sont aussi connues sous le nom des Bienveillantes. Elles sont chargées d'exécuter la sentence des juges. Elles poursuivent les coupables avec acharnement et ne laissent aux criminels aucun repos, elles les tourmentent sans relâche.   Mais sont aussi protectrices