Accéder au contenu principal

Maison Leclercq - Civette



C’est dans un quartier « chic » et convivial de la ville de Liège que j’ai rendez-vous aujourd’hui. Que de souvenirs dans celui-ci… Le Quartier Latin, Le Pot au Lait, Les Chiroux, le restaurant Le Kennedy, Le Dépôt, ce monument de la BD, et l’Athénée Royal de Liège 1.





Mais quittons la nostalgie pour rentrer dans le vif du sujet car c’est la civette « Maison Leclercq » qui m’attend.





Marc Leclercq et sa charmante épouse Fabienne gèrent celle-ci dans le quartier Saint Paul et proposent, en plus de leurs cigares, un service varié comme des articles Dupont, Dunhill, Lampes Berger…
Marc est un des deux conseillers cigares du club liégeois des passionnés de cigares et c’est ainsi que j’ai fait sa connaissance ; il est également rédacteur d’articles sur le monde du cigare pour la revue Euro-Toques (qu’il partage d’ailleurs très volontiers avec mes lecteurs).
Je pousse donc la porte de la civette au 42 de la rue Saint Paul, vous ne pouvez pas la rater. Elle est en fait très bien située car, si son adresse est bien rue Saint Paul, elle fait en réalité le coin avec celle-ci et la rue des Clarisses, donc que vous veniez des Chiroux, de l’Université par la rue des Carmes, de l’Athénée par la rue des Clarisses ou de la Cathédrale de Liège par la rue Saint Paul, au croisement vous tombez toujours sur la Maison Leclercq.
Le magasin n’est pas très grand, la vision de Marc en a fait un joli « petit nid achalandé » où tout est bien organisé.




En poussant la porte, je suis directement face à l’humidor qui trône dans le fond du magasin, sur ma droite se trouve le coin « lotto - journaux – cigarettes – tabacs ». En avançant un peu, je dépasse un premier comptoir et je me retrouve dans le saint des saints, la partie cigares et quelques bouteilles d’alcool.
L’humidor est du type « armoire » et couvre une grande partie du fond du magasin, il est bien fourni et on y retrouve des vitoles de plusieurs grands terroirs. Marc m’expliquera plus tard : « Je suis obligé de faire un tri pas par manque de place mais parce que le monde du cigare est en telle expansion qu’il sort actuellement un nombre incalculable de nouveautés. Comme beaucoup de mes collègues, je dois être à l’écoute de ma clientèle et juger ce qu’il pourrait leur plaire en faisant abstraction de mes envies personnelles ».




Je ne peux pas vous parler de cette civette sans vous toucher un mot des vitrines, car celles-ci sont également vitrées du côté magasin. Si Marc et Fabienne sont des spécialistes cigares reconnus, ils sont aussi des « experts » en produits plus luxueux comme des caves à cigares Maserati, des séries spéciales dans les articles Dupont, des articles haut de gamme dans les lampes Berger… Marc fera d’ailleurs une exposition dans le courant du mois de novembre (à suivre sur le blog ou le groupe Facebook).

Comme pour les autres civettes, mon ami Marc s’est soumis avec bonne humeur au jeu des questions/réponses.

1  Depuis quand votre maison est-elle ouverte, et pouvez-vous en faire un bref historique ?

Dans les années 50, le magasin était une enseigne de la maison Heinz Van Landewyck, spécialisée dans le tabac à cigarettes. A leur départ, le magasin a été repris par un grossiste qui détenait 3 boutiques et c’est fin 1989 que le magasin est devenu la maison Leclercq. Au départ, c’était une petite « boutique de coin », donc par manque de place pour un bon service clientèle, nous avons fait des transformations et agrandi le magasin en récupérant sur les réserves en 2002.

2 Comment est venue votre envie de faire ce métier ?

Après 15 ans de service comme fonctionnaire, j’ai décidé de changer d’orientation professionnelle, comme j’étais déjà très épicurien je cherchais une orientation dans un « métier de passion » et l’opportunité du magasin s’est présentée à moi. Je suis, comme je dis souvent, tombé dedans du jour au lendemain et je peux dire qu’à mes débuts j’ai dû sortir les « grandes rames », mais j’ai pu compter sur le soutien des vieux représentants qui m’ont donné de très bons conseils. J’ai rencontré un « ancien » qui réparait les pipes, j’ai appris et emmagasiné un tas de renseignements à gauche et à droite. Bref je peux dire que comme dans le compagnonnage, j’ai fait mon « tour de France » pour apprendre le métier.
(C’est sa persévérance, son amour du travail et sa passion qui ont fait de Marc le spécialiste respecté qu’il est aujourd’hui, il a même encore un atelier dans sa cave pour réparer les pipes. NDA)

3.    Avez-vous des projets au niveau agrandissement, aménagement… ?

En 2002, je me suis dit que le magasin devenait trop petit et j’ai agrandi. En 2015, je me suis fait la même réflexion mais je ne peux plus pousser les murs. Donc comme je ne sais agrandir de l’intérieur, j’ai le projet de le faire vers l’extérieur. Pas question de faire des foires ou des marchés avec la maison Leclercq, mais je pense m’orienter vers des expositions comme celle que je vais faire en novembre.

4.    Lorsqu’on a une PME, on souhaite souvent que l’entreprise continue une fois retraité; avez-vous déjà pensé à la continuité de la vôtre ?
(Je commente la question en disant à Marc, « je sais que c’est encore loin et tôt mais… » Il me répond qu’il n’est plus si loin de la pension. NDA)

Je pense effectivement dans quelques années prendre ma retraite mais sans vraiment quitter le magasin puisque dans un premier temps c’est Fabienne qui va reprendre. Mais après ? J’ai déjà pensé à la situation de l’après Fabienne, et je trouve que remettre à « n’importe qui » ou à une « grosse boite » pour toucher le paquet et couler des jours tranquilles, cela ne rentre pas dans ma philosophie de passionnés. Fabienne et moi avons façonné et créé » la maison Leclercq, nous en avons fait notre « bébé » et cela ne peut pas se quitter ainsi. Donc au lieu de voir une remise, je vois plutôt une transmission qui va bien plus loin que le magasin, une transmission de mon savoir à un passionné comme moi. Lui transmettre avec un maximum d’atouts dans les mains pour qu’il aie toutes les chances de réussir. Car pour moi sa réussite sera aussi un signe de respect de ma clientèle. J’ai des clients qui sont fidèles depuis des années, je tiens vraiment à ce qu’ils gardent le service qu’ils ont connus à la maison Leclercq.
Je n’insisterai pas pour que mon successeur garde mon enseigne, même si cela me ferait très plaisir, mais je mettrai un point d’honneur à ce qu’il garde la philosophie de la maison. Comme j’ai dit je suis tombé dedans du jour au lendemain, j’ai dû faire mes armes, apprendre de mes erreurs, me former. Il serait ridicule de ma part de ne pas transmettre tous ces acquis à mon successeur.

5.    Quel "plus" apportez-vous à votre clientèle? Pourquoi un amateur de cigares irait-il dans votre civette plutôt que dans une autre?

Je ne sais pas comment tous mes collègues travaillent et cela ne me regarde pas, ce que je sais c’est que je veux être à l’écoute de mes clients, je suis le « spécialiste » qu’ils viennent voir pour des conseils, des orientations. Je suis beaucoup ma clientèle et son évolution dans les cigares. Il est parfois difficile de mettre de côté sa subjectivité, par exemple « les milles fleurs » sont de bons cigares mais je ne les classerai pas dans mon top personnel mais si j’ai un client débutant ou pas qui s’oriente vers des cigares aux saveurs plus florales, je vais lui conseiller un Partagas « milles fleurs ». Il n’est ni dans mon intérêt ni surtout dans mes envies de lui vendre un cigare plus cher qui ne correspond pas à ses attentes mais bien à mes goûts.

6.    Quel est votre cigare préféré ?

Je ne suis pas attaché à un terroir bien précis mais je voyage au fil de mes envies, pour le moment le terroir Nicaragua me plait beaucoup.
Mais j’ai aussi mes coups de cœur, j’aime beaucoup H.Upmann, le module Sir Winston, le magnum 46. J’avais un grand faible pour le Partagas D4 Edition 2000 et je trouve que Bolivar a vraiment de bons modules, spécialement le Bolivar Poderosos Edition Régionale Belux.

Epicuriens dans l'âme, nous avons clôturé cette interview avec un bon cigare et un Orval car Marc favorise les produits de notre terroir.

D'autres photos sur Facebook 

Commentaires

Posts les plus consultés de ce blog

Le Bouton d’Or

Le Bouton d’Or C’est chez Christophe P. (JPP Cigares) que j’ai rencontré ce grand barbu pour la première fois, de suite il m’a fait penser au film Le Dernier Trappeur, cet homme des bois dans le bon sens du terme, proche de la nature et dans le respect de celle-ci. C’est ainsi que j’ai appris que cet amateur de cigares et de whiskys était le propriétaire du restaurant Le Bouton d’Or. J’ai donc décidé de lui rendre une petite visite avec quelques amis. Nous y avons fait la connaissance de Florence, l’épouse et partenaire de Roch. Dans le restaurant c’est simple, Roch en cuisine et Florence en salle. Celui-ci est pourvu d’un assez grand parking, ce qui est intéressant vu le trafic et le peu de place sur la chaussée. Dans le restaurant c’est simple, Roch en cuisine et Florence en salle. Celui-ci est pourvu d’un assez grand parking, ce qui est intéressant vu le trafic et le peu de place sur la chaussée. La salle est cosy, avec son mélange de

Cigares linéaires ou pas ?

Cigares linéaires ou pas ? Trois tiers contre le reste du monde Depuis un certain temps je vois une guéguerre sur les réseaux sociaux (principalement Facebook) ou même sur certains blogs. La phrase que je retrouve régulièrement est ce cigare est trop linéaire. Cela m’a fait penser à un échange avec Henke Kelner (Master Blender pour la Maison Davidoff), il disait ceci : le monde change, les hommes changent, il n’y a pas de raison que le fumeur ne change pas. Cela pour expliquer pourquoi il faisait des cigares de plus en plus linéaires. Mais que pensent les autres personnes travaillant dans le monde du cigare ? J’ai commencé par demander à Marc De Coen (Cubacigar Benelux) : Je pense que c’est une volonté de Habanos, la marque de fabrique de Cuba. Tu sais c’est Cubataba qui achète le tabac, qui l’apporte à la fabrique et qui dit si tel ou tel cigare va être confectionné et donc je pense qu’ils veulent vraiment garder ce qui fait leur réputation depuis des années c

Barbãr Rouge

Barbãr Rouge Brasserie Lefevbre Si vous suivez le blog, vous connaissez déjà la blonde et l’amour que je lui porte. Et bien ce soir, je teste pour vous la Barbãr Rouge. Qui dit bière aux fruits, dit obligatoirement l’avis de ma fille. Ce n’est pas du tout du machisme ; non je ne pense pas que c’est une bière de femme, mais je reste persuadé que pour ce genre de bière, un avis féminin est important. Je ne ferai pas de grands discours sur l’étiquetage car bien qu’il soit rouge, il est fort semblable à celui de la Barbãr blonde. Une grosse différence attire quand même mon attention : si sur la blonde l’étiquette met en avant le fait que c’est une bière forte et au miel, ici le forte à disparu et au miel est remplacé par aromatisée au miel. Cela demande quelques explications et c'est Cécile F. (Responsable Marketing & Communication de la brasserie) qui va me les donner, il s'agit en fait d'un problème de législation :  Sur l'étiquette, il est indiqu

Praline au tabac Macanudo Inspirado Black

C’est lors d’une soirée ChezDan que j’ai eu l’occasion de découvrir cette praline très particulière, réalisée par Frédéric Doumont. Cet ancien chimiste reconverti en chocolatier a appris que Julien faisait une dégustation de rhum et cigares, cela lui a donné l’idée de développer une praline spéciale pour l’évènement. Il m’explique que c’est un vrai travail d’alchimiste qui a demandé plusieurs tests. Au début, il a travaillé avec le tabac du macanudo inspirado black gordito et le chocolat noir, mais le résultat n’était pas satisfaisant car le tabac se faisait sentir trop bas dans la gorge, cela était désagréable et pouvait même faire tousser. Fréderic a donc modifié son chocolat pour le remplacer par un chocolat au lait. Il a commencé par fumer sa crème puis a utilisé de l’infusion de feuilles de tabacs pour l’incorporer dans sa praline. Il me conseille de mettre tout en bouche, de prime abord la praline goûte simplement le bon chocolat mais quand il commen

Furia

Un nom qui a déjà fait couler beaucoup d’encre sur les réseaux sociaux, ce qui me fait penser aux 3 passoires de Socrate, mais le but de cet article n’est pas de polémiquer mais de vous faire découvrir cette marque. Cette gamme de 3 cigares est une nouvelle marque de Didier Houvenaghel (dh Boutique Cigars), déjà bien présent dans le monde du cigare avec des marques comme La Ley, La Preferida ou Nicarao, en collaboration avec Abdel Fernandez. Didier est aussi un fan de mythologie, comme on peut s’en rendre compte avec l’habillage de la boite de La Ley ou le choix du nom Nicarao. Il ne va pas déroger à la règle pour cette gamme. Furia, Déesses sombres à deux visages de la mythologie grecque, sont aussi connues sous le nom des Bienveillantes. Elles sont chargées d'exécuter la sentence des juges. Elles poursuivent les coupables avec acharnement et ne laissent aux criminels aucun repos, elles les tourmentent sans relâche.   Mais sont aussi protectrices