Marc Leclercq - CAO OSA SOL




CAO-OSA-SOL 50/54/58 (article paru dans la revue Euros-Toques 2013)








Les cigares CAO sont fabriqués par General Cigar Company qui a vu le jour en 1968, cette société est spécialisée dans la fabrication de cigares «longfillers» pour le marché américain.    
La Scandinavian Tobacco (STG) a racheté cette compagnie en 2007 et représente la marque sur le marché européen.
Le OSA-SOL est un nouveau cigare mis au point par Rick Rodriguez chargé du développement chez CAO.
Ce nouveau longfiller du Honduras dont la particularité réside dans la cape, est cultivé dans la vallée de San Agustin de la région de Olancho (OSA- Olanchao San Agustin), une région se situant au Nord Est de Danli (capitale du cigare) ; elle bénéficie d’une situation idéale à la culture de feuilles de cape « SOL - Sun Grown ».
Surplombée par trois montagnes et parcourue par une rivière d’eau cristalline, cette contrée produit des feuilles de cape dont la teneur en huiles essentielles les rend uniques au Honduras.
C’est dans cette vallée privée qu'une récolte de 2008 a été sélectionnée pour la fabrication des OSA-SOL.
Une feuille de Connnecticut broadleaf a été choisie pour la sous cape ; quant à la tripe, elle est constituée d’un mélange du Honduras et du Nicaragua.

Les CAO-OSA-SOL se déclinent en trois formats dont les numéros des lots correspondent aux diamètres des modules :



  • Lot 50, un robusto 5 x 50
  • Lot 54, un Toro 6 x 54
  • Lot 58, un Gordo 61/2 x 58
(NDA le lot 46 est sorti depuis) 

         


La couleur blanche des boîtes rappelle les granges de séchage, et la couleur verte, la vallée de San Augustin ; elles apportent un design innovant du plus bel effet au conditionnement des OSA SOL.
Le couvercle de la boîte est creusé en son centre, tel le méandre de la vallée ; et souci du détail, une rose des vents y indique l’endroit d’où proviennent les feuilles de cape.
La bague entourant chaque cigare a été conçue dans le même esprit.
Si nous regardons ce cigare, nous constatons directement son aspect huileux, sa cape légèrement nervurée et sa couleur de cuir brut.
En le portant au nez, ce sont les senteurs boisées et de terre humide que l’on perçoit directement.
La combustion quant à elle débute sur des notes de cèdre, d’humus et de cuir auxquelles viennent s’ajouter des arômes de terre, de poivre et d’agrume au fil de la combustion.
Nous sommes en présence d’un cigare moyennement fort, assez aromatique.
Des trois modules dégustés, le lot 58 nous est apparu le plus abouti.

        


Commentaires